Des centaines de morts à prévoir.

A 82 ans, Alpha Condé fera-t-il campagne lui-même, sur ses deux pieds, ou par personnes interposées ? Aura-t-il la capacité de sillonner tout le pays ou choisira-t-il quelques villes, conscient que le gonflement du fichier électoral (en sa faveur) qui est rempli de faux électeurs, fera son affaire au moment du décompte ? De façon générale, le parcours politique de Condé, l'ancien chargé de cours de l'Université de Paris 1, qui se fait pompeusement appeler « le professeur » (qu'il n'a jamais été et ne sera sans doute jamais), est une véritable honte pour les intellectuels africains, qui combattent, durement, les dictatures en Afrique. L'ancien opposant de la région parisienne, a décidé, comme les potentats africains qu'il combattait hier et avec qui il fait ami ami, frère frère, aujourd'hui, de mourir au pouvoir comme eux. Sans se soucier des qu'en dira-t-on. Après s'être tapé une nouvelle constitution qui lui octroie 12 années supplémentaires à la tête de l'Etat. En effet, 82 ans + 12 ans (6 ans x 2) = 94 ans. Son calcul est fort simple : son confort personnel au détriment de l'intérêt supérieur de la Guinée et des Guinéens.