Elections législatives

Ce titre insolite fait la Une du numéro 476 de mai du magazine Afrique Education. Non-professionnel de la politique devenu chef de l'Etat du Bénin en remportant démocratiquement la présidentielle d'avril 2016, Patrice Talon surprend les Béninois, les Africains et la communauté internationale, en ramenant le Bénin de trente années en arrière sur le plan de la démocratie et des droits de l'homme. Le magazine explique pourquoi et comment il est devenu le bon élève de la classe du dictateur congolais, Denis Sassou-Nguesso, son inspirateur et modèle en politique. Une situation ubuesque susceptible de faire retourner (jusqu'à) Mathieu Kérékou dans sa tombe.

L'opposition (radicale) togolaise du C-14 est-elle la plus bête de l'Afrique ? On l'entend dire dans certains milieux. Pas très faux. En effet, elle compte, en son sein, d'aveugles jusqu'auboutistes qui la conduisent à sa perte. Après les élections du 20 décembre où elle devait se tailler sa place pour continuer son combat, de façon démocratique, dans le cadre des institutions républicaines, là voilà qui a choisi la voie de la marginalisation et, donc, de la rue, de la confrontation, où elle n'a aucune chance de faire face à l'Etat qui est là pour préserver l'ordre, la paix, le bien-être et la sécurité des biens et des personnes. Si elle était dirigée par des personnes imprégnées de principes démocratiques (qu'elle réclame des dirigeants de l'Etat), les chefs de partis qui la représentent devraient, tous, démissionner de leur fonction ou, au mieux, remettre leurs mandats à la disposition de leurs militants. Le feront-ils ? Que non ! Ils refusent de s'administrer la potion politique qu'ils souhaitent, autoritairement, imposer au président, Faure Gnassingbé, dont les mandats à la tête de l'Etat et de l'UNIR sont, tous, légitimes, car obtenus, démocratiquement.

Le coup de tonnerre opéré par la Cour constitutionnelle, le 30 avril, est, sans doute, une mauvaise affaire pour le gouvernement et son chef, et non pour le PDG (Parti démocratique gabonais), dans son ensemble. Prenant acte de cette décision, le secrétaire général du parti présidentiel, Eric Dodo Bounguendza, veut tirer le meilleur de cette situation afin que son parti conserve son avance (même si elle n'est plus pléthorique) dans la future Assemblée nationale. Le secrétaire général du PDG se dit : quand on a la majorité, on fait tout pour la garder, surtout, quand celle-ci permet de consolider le pouvoir, à la tête de l'Etat, du président du parti, Ali Bongo Ondimba.

Le décret a été signé hier en mi-journée. En date du 16 juillet 2017, le corps électoral est convoqué pour élire les députés de l'Assemblée nationale ainsi que les conseillers départements et municipaux. Signé Denis Sassou Nguesso !