Erythrée

Deux événements importants ont eu lieu en peu de temps dans la Corne de l’Afrique : la réconciliation entre l’Ethiopie et l’Erythrée, en juillet dernier, et, la levée de l’embargo sur les armes, décidée par le Conseil de sécurité de l’ONU le 11 novembre 2018.

Le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a reçu les présidents érythréen et somalien, vendredi, 9 novembre, dans le Nord de l’Ethiopie où ils ont évoqué les moyens de renforcer l'intégration économique régionale entre leurs pays par le passé rivaux. C'est un miracle qui se produit, sous nos yeux, en cette fin d'année 2018.

Les événements commencent à se bousculer dans le couple Ethiopie/Erythrée. La semaine dernière, c'est le premier ministre éthiopien, Abih Ahmed, qui s'invitait chez son frère ennemi, Issaias Afworki. Depuis ce samedi, 14 juillet, c'est le président érythréen, Issaias Afworki, qui effectue une visite historique en Ethiopie pour cimenter la normalisation entre les deux voisins de la Corne de l'Afrique qui ont mis fin à vingt ans d'état de guerre il y a quelques jours à peine.

Le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, s'est rendu, dimanche, 8 juillet, à Asmara, pour une rencontre historique avec le président érythréen, Issaias Afwerki, destinée à mettre un terme à des années d'hostilité entre les voisins de la Corne de l'Afrique.

Incroyable mais vrai, mais, on ne le sait pas, peut-être, parce que ce pays est excentré, loin de nos yeux, bien que situé sur le même continent africain. Ce pays s'appelle l'Erythrée. Qui après avoir lutté et obtenu son détachement de l'Ethiopie, en 1993, est devenue championne toutes catégories de l'exportation de ses fils et filles vers l'Europe. La traversée de la Méditerranée sur les embarcations de fortune a, déjà, coûté la vie à bon nombre d'entre eux. Mais, entre ce risque calculé et le fait de rester sur place, en Erythrée, où aucune garantie à la vie ne leur est donnée, le choix n'est guère difficile.

Le président de l'Erythrée, ce petit pays qu'on ne connaît qu'à travers ses champions en athlétisme, Isaias Afeworki, est un dirigeant à poigne, complètement, fâché avec la démocratie, la liberté et les droits de l'homme. Conséquence : ses compatriotes quittent le pays en nombre. Les Nations-Unies viennent de dénoncer son attitude.

Les Erythréens ont de multiples raisons de chercher à quitter leur pays, soumis depuis 22 ans au régime dictatorial du président Issayas Aferworki.