Ethiopie

Les événements commencent à se bousculer dans le couple Ethiopie/Erythrée. La semaine dernière, c'est le premier ministre éthiopien, Abih Ahmed, qui s'invitait chez son frère ennemi, Issaias Afworki. Depuis ce samedi, 14 juillet, c'est le président érythréen, Issaias Afworki, qui effectue une visite historique en Ethiopie pour cimenter la normalisation entre les deux voisins de la Corne de l'Afrique qui ont mis fin à vingt ans d'état de guerre il y a quelques jours à peine.

Le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, s'est rendu, dimanche, 8 juillet, à Asmara, pour une rencontre historique avec le président érythréen, Issaias Afwerki, destinée à mettre un terme à des années d'hostilité entre les voisins de la Corne de l'Afrique.

Plusieurs personnes ont été tuées, samedi, 23 juin, par l'explosion d'une grenade lancée au milieu d'une foule immense venue écouter le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, dans le Centre d'Addis Abeba, déclenchant un mouvement de panique qui a, ensuite, viré à la manifestation anti-gouvernementale. Le premier ministre venait de finir son discours et saluait la foule quand l'explosion s'est produite, provoquant un mouvement de foule vers l'estrade et des scènes de confusion.

Le premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, sous pression au sein de la coalition au pouvoir, a démissionné, jeudi, 15 février, au moment où le deuxième pays le plus peuplé d'Afrique traverse, depuis fin 2015, une crise politique marquée par d'importantes manifestations anti-gouvernementales.

L'Afrique vient de gagner une grande bataille, en plaçant un de ses fils à la direction générale de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) que briguaient bon nombre de candidats du Nord et de pays émergents. Pour une fois, l'union a la fait la force.

Le gouvernement éthiopien a annoncé, mercredi, 1er mars, avoir lancé des poursuites judiciaires contre trois opposants, accusés d'incitation à l'émeute, destruction de biens et préparation de coup d'Etat lors d'un récent mouvement de contestation du régime.

L'Ethiopien, Feyisa Lilesa, médaillé d'argent du marathon des Jeux Olympiques, ne rentrera pas en Ethiopie en dépit des assurances des autorités qu'il ne serait pas puni après ses critiques à l'encontre de la politique menée par le gouvernement, a estimé son agent.

La Chinoise Margaret Chan quittera le poste de directeur général de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), l'année prochaine. Sa succession est briguée par plusieurs prétendants de taille dont l'actuel ministre éthiopien des Affaires étrangères.