FMI très critique

Le président, Ismaël Omar Guelleh, s'en sortirait, très mal, si la présidentielle prévue, dans quatre mois, au Djibouti, donnait lieu à un débat contradictoire entre les différents candidats. Il peut se réjouir d'une campagne sans débat. Car Guelleh, c'est peu de le dire, entraîne Djibouti vers la banqueroute totale.