Vous êtes ici

Formation d'un gouvernement d'union.

Le dictateur maudirait la diaspora qui a réussi à freiner des quatre fers la signature (facile) d'un programme de redressement avec le FMI, comme il fut recommandé aux six pays de la CEMAC, fin décembre 2016, à Yaoundé, à l'issue d'une réunion à laquelle avaient pris part, les chefs d'Etat de la CEMAC, Christine Lagarde, la patronne du FMI, et Michel Sapin, le ministre de l'Economie de l'époque de François Hollande. La dévaluation du F CFA pour corriger la dégradation profonde des comptes des pays de la CEMAC ayant été rejetée par les six chefs d'Etat, il restait la solution d'une négociation directe avec le FMI, et de façon individuelle. A ce jour, seuls le Congo-Brazzaville et la Guinée équatoriale n'ont pas encore signé. Et pas pour les mêmes raisons.

Un gouvernement libyen d'union nationale prévu dans l'accord parrainé par l'ONU a été formé, mardi, 19 janvier, et l'émissaire de l'ONU pour la Libye a, immédiatement, enjoint le Parlement libyen reconnu par la communauté internationale de l'approuver rapidement.