Formation du gouvernement

En gros, on reprend les mêmes et on recommence. C'est l'impression qui se dégage de l'équipe gouvernementale sortie, vendredi, 4 janvier 2019. En dehors du changement du premier ministre, Philemon Yang, qui était en poste depuis neuf ans, la nomination de son successeur, le professeur, Joseph Dion Ngute, 64 ans, ressortissant de la province du Sud-Ouest, est tout, sauf une révolution. Ce dernier sort droit de la présidence de la République où il occupait un poste de ministre chargé de mission. Après son investiture, le 6 novembre, la nomination d'une nouvelle équipe gouvernementale était scrutée pour répondre aux attentes d'un peuple qui avait dit ce qu'il pensait, lors de l'élection présidentielle d'octobre 2018. Le message avait été clair : le changement. Les besoins pressants du peuple, c'est le rajeunissement des équipes dont celle du gouvernement, la fin de l'impunité pour les détourneurs de fonds publics, l'amorce d'un dialogue avec les provinces frondeuses du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, la mise en index de tous les responsables ayant failli dans le dossier de la CAN 2019 et leur renvoi devant les tribunaux, etc. Le gouvernement sorti vendredi, 4 janvier, n'est pas satisfaisant à ces égards.

Le Maroc n'a, toujours, pas d'équipe gouvernementale, un mois après la victoire des islamistes aux élections législatives. A qui la faute ? Le pays continue de tourner au ralenti, en attendant que le premier ministre, Abdelilah Benkirane, boucle ses négociations avec les partis qui devront faire partie de cette coalition. Las d'attendre, le roi élève le ton.