France

Puisque les politiciens français prennent, toujours, l'Allemagne en exemple et qu'ils évoquent, sans cesse, le modèle allemand dans tout ce qu'ils font, voilà, un domaine dont ils se gardent de parler mais qui pourrait, très bien, les inspirer : la bonne gestion des deniers publics et leur bonne utilisation par les principaux responsables. Dilapideurs nés des fonds publics, les dirigeants français sont loin d'être des exemples à suivre. Par extrapolation, les colonies françaises d'Afrique se manifestent, aussi, par la gabegie, et ce, sans aucune exception. Il n'existe pas un seul pays francophone d'Afrique qui sache utiliser les biens publics en bon père de famille. Les Biens mal acquis avec la cohorte de procès en France (où la justice heureusement se montre très souvent indépendante du pouvoir) sont une spécialité des anciennes colonies françaises, une situation que ne connaissent pas les anciennes colonies anglaises et portugaises.

Question à 10.000 F CFA (15 euros). Que veut la France en Centrafrique, pays où elle a retiré son armée, il y a deux ans, malgré les supplications de son nouveau président, Faustin Archange Touadera, alors que les rébellions battaient, encore, leur plein à l'intérieur du pays jusqu'aux faubourgs de Bangui ? La question étant peut-être mal posée, faudrait-il sans doute dire les choses autrement : en réalité que ne veut pas la France en Centrafrique, bien qu'elle ait pris la poudre d'escampette laissant ce pays se démerder dans ses graves difficultés ? Réponse, également, à 10.000 F CFA (15 euros) : que la Russie de Poutine s'y implante pour aucun prétexte, elle qui a commencé, grâce à un feu vert du Conseil de sécurité, à y fournir des armes avant de s'y installer : aujourd'hui, c'est la Russie qui (chose incroyable il y a un an) s'occupe de la sécurité personnelle du président, Faustin Archange Touadera. C'est une très mauvaise affaire pour Paris et on comprend qu'Emmanuel Macron ait mis en route sa cheffe des armées, Florence Parly, pour contrecarrer les plans de Moscou. Car la stratégie de la Russie ne se limite pas au seul Centrafrique. Elle s'inscrit dans un vaste plan où elle va marcher main dans la main (comme tous bons partenaires des BRICS) avec la Chine du camarade Xi Jinping.

Le président, Emmanuel Macron, traverse, actuellement, une mauvaise passe. On espère que celle-ci est passagère sinon il est fort probable qu'il ne puisse pas terminer son mandat. Certains dans l'opposition le pensent. Les réformes qui le rendent impopulaires sont celles qu'il était chargé de mettre en œuvre quand il était le ministre de l'Economie pendant le quinquennat de François Hollande. Il démissionna, avec fracas, faute de pouvoir les appliquer à cause des incessantes hésitations de l'ancien président. Aujourd'hui président de la République, lui-même, il doit faire ce qu'on lui interdisait hier de faire. Fidèle à son image, il a annoncé faire ce qu'il dit et dire ce qu'il fait. Résultat, sa popularité auprès des Français plonge.

Le remaniement annoncé par Emmanuel Macron pour ce mardi, 4 septembre, sera de grande ampleur. Après le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, la ministre des Sports, Laura Flessel, sera, aussi, à remplacer. Voilà les deux personnalités les plus populaires du gouvernement aux yeux des Français qui quittent l'équipe. Au même moment presque. A moins de trouver un Zinedine Zidane, la ministre des Sports qui était bardée de titres de championne du monde dont celui de championne olympique, sera assez difficile à remplacer. Même si elle annonce quitter le gouvernement pour "raisons personnelles" (ce que beaucoup ne croient pas), elle était considérée comme un ministre alibi. La seule noire de l'équipe. Comme si la France ne comptait pas de noirs capables de faire valoir leurs talents dans d'autres postes du gouvernement. Avec cette seule et unique nomination dans le gouvernement (le Sport), Emmanuel Macron annonçait, déjà, la couleur. Aujourd'hui, son seul beau sourire ne suffit plus pour faire passer la pilule de chef d'Etat (assez) sectaire, qui sait applaudir les noirs sur les terrains de sport et les oublie lors de la distribution des postes de responsabilité dans le gouvernement.

L’ancien président effectue sa rentrée médiatique, ce vendredi, 31 août, à Cherbourg, pour une séance de dédicaces de son livre, "Les leçons du pouvoir". Une façon de continuer à laisser planer le doute sur un éventuel retour, qui agace, non seulement, au parti socialiste, mais surtout, Emmanuel Macron dont le pouvoir risque d'être sans cesse parasité par ce retour de François Hollande qu'il avait affaibli en son temps quand il fut son ministre.

Des antiquités, parfois, vieilles de 5000 ans, pillées en Irak en 2003, après la chute de Saddam Hussein, vont revenir dans leur pays après avoir été identifiées par des experts du British Museum. Un très bon exemple que devrait suivre la France dont les musées refusent le retour des biens culturels africains, spoliés pendant la colonisation et même après, et qui font leur rayonnement actuel.

L'affaire n'ira pas jusqu'à provoquer une crise diplomatique entre les Etats-Unis et la France. Mais, les commentaires insistant sur la victoire d'une équipe africaine (à la place de la France), à Russie 2018, ont fini par sortir l'ambassadeur de France aux Etats-Unis de sa légendaire réserve. L'ambassadeur n'apprécie pas qu'on évoque ni la couleur des joueurs africains, ni leur origine, pour parler de la victoire de l'équipe de France. L'ambassadeur apprécierait encore moins qu'on dise (à mots couverts) que ce sont les effets de la Françafrique (politique installée par De Gaulle pour pomper toutes les ressources africaines au profit de la France), qui ont atteint leur apogée dans le domaine de football, avec 60% de joueurs noirs (Afrique et Afro-Descendants), comme titulaires indiscutables et indiscutés, ayant permis cette large victoire contre la Croatie, en finale. Pourtant, même Barack Obama, l'ancien chef de la Maison Blanche, actuellement, en tournée en Afrique de l'Est et australe, n'a pas manqué de souligner que les vainqueurs de la coupe du monde, n'étaient pas que des « Gaulois ». Une formule très imagée pour dire que ce sont les Noirs d'Afrique et des Antilles qui ont permis cette victoire. Il en est de même du président du Venezuela, N. Maduros, qui a, officiellement, félicité la victoire de l'Afrique à Russie 2018. Dans le cadre des préparatifs de Qatar 2022, le président russe, Vladimir Poutine, aurait, discrètement, demandé à sa fédération de football de se pencher, très vite, sur ce phénomène de footballeurs africains pour enrichir le Onze national russe. Alors question : de quoi se plaindrait Monsieur l'ambassadeur de France quand le monde entier constate une évidence ?

Contre toute attente, le président du Niger, Mahamadou Ousmane, avait plié devant le président français, Emmanuel Macron, en acceptant, au grand mécontentement des Nigériens et des Africains, l'installation des « hot spots » sur le sol du Niger gérés par les services français de l'OFPRA. Il s'agit de lieux de sélection des bons candidats à l'immigration qui conviennent aux critères de la France, pour devenir, soit, des réfugiés politiques, soit, des immigrés au profil recherché par l'économie française. Des Mamoudou Gassama en somme ! Mahamadou Issoufou n'avait pas été seul à accepter cette chose inacceptable. Le président tchadien, Idriss Déby Itno, aussi, avait dit « Oui Chef » à Emmanuel Macron, sans demander l'avis de personne dans son pays. Les deux présidents ont été salués par la France pour leur ...courage. Mais, en Afrique, les critiques les plus acerbes, voire, même des insultes s'abattirent sur les deux présidents accusés de brader la souveraineté de leur pays. Aujourd'hui, on sait que le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, et même, la Libye, à qui des centres d'internement (plus ou moins similaires) des immigrés sont proposés comme lieux de transit, sur leur sol, avant de regagner l'Europe ont répondu « Non » en choeur. Un « Non » salué par les Africains et même par les Nations-Unies, qui ne cautionnent pas l'implantation de ce genre de camp de « concentration » des temps modernes. Aujourd'hui, pour des raisons qui lui sont propres, Mahamadou Issoufou, semble entreprendre une marche en arrière. Mieux vaut tard que jamais.

La diplomatie a ses secrets que la diplomatie ignore. Au Cameroun, pays de Um Nyobe, Moumié, Manga Bell, Ouandié, Ossendé Afana, Mbida, Atangana et j'en passe, on n'est pas né de la (première) pluie. On sait qui est qui et qui aime quoi, comment et pourquoi ? Dans sa suffisance suprême, Donald Trump n'a pas utilisé le tact de Barack Obama ou la finesse d'Hillary Clinton, pour coopérer avec le Cameroun sans sympathiser avec ses dirigeants. Le milliardaire de la Maison Blanche, diplomatiquement, parlant peut être comparé à un éléphant qui fait irruption dans un magasin de porcelaine. Sinon, il se serait embarrassé des qu'en dira-t-on avant d'envoyer son ambassadeur au Cameroun dire urbi et orbi à Paul Biya de suivre l'exemple de Nelson Mandela en ne se présentant pas à la présidentielle d'octobre. C'est une provocation tellement de bas étage que ne peuvent tolérer même les pires ennemis du président camerounais, au nom de l'indépendance et de la souveraineté de leur pays.

La Commission nationale libyenne des droits de l'homme a rejeté, mardi, 26 juin, la "tentative européenne unilatérale" de création de camps d'immigration en Libye. Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, lors de son voyage, en Libye, lundi, 25 juin, l'avait laissé entendre. Une annonce, immédiatement, démentie, quelques heures plus tard par le vice-premier ministre libyen, Ahmed Miitig. Le gouvernement algérien n'en veut pas non plus, selon les propos de son ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, ce mercredi, 27 matin, sur Radio France Internationale. Il n'y a que le Niger et le Tchad, qui ont accepté l'installation de « hot spots » sur leur territoire, à la demande du président français Emmanuel Macron. Depuis, ces deux pays font l'objet de beaucoup de critiques de la part de leurs oppositions et de la société civile.

Comme on pouvait s'y attendre (afriqueeducation.com l'avait prédit), le Mini-Sommet sur l'immigration des Huit (puis des Seize), de dimanche, 24 mars, à Bruxelles, est une montagne qui a accouché d'une souris. L'Union européenne (UE) est en train de, véritablement, imploser à cause des problèmes d'immigration. Pour sauver les meubles, la France et l'Allemagne ont, immédiatement, appelé à des accords à plusieurs pays sur les défis migratoires pour contourner l'absence de consensus. L'UE se voile la face car les accords à plusieurs pays que demandent la France et l'Allemagne, ne résisteront pas à la réalité. Car ils essaient de contourner le problème en évitant, soigneusement, de l'attaquer de face pour le résoudre. Et pour le résoudre, il faut poser les questions qui fâchent, et qui sont au centre des relations entre certains pays européens et les pays africains exportateurs de migrants dont beaucoup se situent en Afrique d'expression française. Afriqueeducation.com demande aux dirigeants de l'UE, en l'occurrence, la chancelière, Angela Merkel, et le président français, Emmanuel Macron, de s'attaquer à la question de la mal-gouvernance en Afrique où certains dirigeants confisquent le pouvoir en modifiant la constitution ou n'assurent leur réélection qu'avec le concours de certaines capitales européennes comme Paris. La question de fond est là, que certains appellent « Françafrique ». Sans sa résolution, l'Europe, malgré des barrières de dix mètres de hauteur, verra, toujours, la déferlante migratoire africaine sur son sol. Car les Africains fuient avant tout la misère et la pauvreté chez eux. Rien d'autre.

Le Haut Commissaire de l'ONU aux réfugiés (HCR), Filippo Grandi, a demandé, mercredi, 20 juin, aux pays européens d'accélérer les procédures de départs des pays de transit des réfugiés qu'ils ont décidé d'accueillir sur leur sol. Cet appel pressant a été lancé depuis le Niger, pays où la France a installé des « hot spots » gérés par ses services de l'OFPRA. De manière générale, il est demandé aux pays européens de ne pas se fermer à la grande misère et l'extrême pauvreté qui sévissent dans les pays africains où des politiques françafricaines, responsables du maintien des pouvoirs corrompus et extravertis à la tête de certains pays d'Afrique dont la mal-gouvernance est patente, font qu'aucun avenir n'est assuré à ces milliers de jeunes, qui préfèrent mourir dans la Méditerranée au lieu de mourir dans leur pays, pourtant, au sous-sol très riche, que pillent allègrement les multinationales occidentales sans foi ni loi, sous l'oeil complice et paternaliste de certaines ex-puissances coloniales européennes. Fermer les yeux devant une telle cruauté et préférer ériger des barrières pour que ces jeunes Africains victimes de cette mal-politique (Europe-Afrique), ne se rendent pas en Europe où ils espèrent avoir leur salut, est une forme de « non assistance à personnes en danger » de mort. Oui, les jeunes Africains ont raison de se rendre en masse (au péril de leur vie) dans les pays d'Europe où ils escomptent un semblant de bien-être. Ca suffit comme ça l'hypocrisie des dirigeants françafricains d'Europe !

Afrique Education l'avait dit en son temps : après le départ, en 1997, de son très dynamique secrétaire général, le Canadien, Jean-Louis Roy, l'OIF (Organisation internationale de la francophonie) était devenue comme une « maison de retraite », sous les cinq ans de la direction de l'Egyptien, Boutros Boutros-Ghali. Après l'éviction de ce dernier, en décembre 2002, par le « Groupe » Afrique mené de main de maître, à l'époque, par le défunt patriarche gabonais, Omar Bongo Ondimba, l'erreur fatale fut la désignation à ce poste de l'ancien président sénégalais, Abdou Diouf. Car de « maison de retraite », l'OIF connut, carrément, un enterrement première classe pendant les treize ans (2002 à 2015) de son mandat. Plus grave, au lieu de partir au bout de huit ans, à l'issue de deux mandats, il négocia un troisième auprès des Français et Canadiens, piétinant au passage, les règles de fonctionnement de la Maison. Après que l'âge eut raison de lui et qu'il décida d'aller, enfin, finir ses derniers jours à Dakar où il vit actuellement, beaucoup pensèrent qu'en élisant la Canadienne, Michaelle Jean, à ce poste alors que le Congolais, Henri Lopès, grand écrivain de surcroît, affichait un meilleur profil, l'OIF allait retrouver son dynamisme comme sous l'autre Canadien, Jean-Louis Roy. Les francophones n'ont que leurs yeux pour pleurer.

L'intellectuel musulman, Tariq Ramadan, est arrivé, mardi, 5 juin, matin, au tribunal de Paris, pour son premier interrogatoire depuis son incarcération pour viols en février, une audition qui pourrait conduire à sa mise en examen pour des agressions sur une troisième femme. Les faits qui sont reprochés à cet intellectuel sont graves, surtout, dans la société occidentale où la perception de la vie ainsi que ses codes ne sont pas les mêmes qu'en Afrique, d'où vient l'accusé. La justice, de son côté, ne fait pas de quartier quand il s'agit d'appliquer la loi dans ce domaine, et protéger les plus faibles. Mais, après avoir dit tout ceci, on est quand même en droit de se poser la question de savoir si la procédure ne permettait pas de traiter l'accusé avec un peu plus de dignité ?

Le gouvernement lève enfin le voile sur sa grande réforme de l'audiovisuel public. Alors que Matignon devrait officiellement en présenter les grandes mesures sous peu, Françoise Nyssen, ministre de la Culture, s'est chargée d'en dévoiler les contours ce lundi, 4 juin, matin. Mais, la ministre n'a pas parlé des questions d'éthique et de déontologie, qui minent le fonctionnement des médias de l'audiovisuel public français extérieur en Afrique. Une omission gravissime !

L’ex-conseiller spécial du regretté président français, François Mitterrand, s’intéresse à l’Afrique ; j’ai lu quelques-uns de ses ouvrages et davantage de ses articles dans des journaux ; celui intitulé « Les Africains ont inventé l’ordinateur numérique bien avant qu’on le découvre » m’a passionné, voire, rouvert les yeux sur des atouts de l’Afrique qu’à force de jacasser, de contester en ignorant tout de ce dont ils palabrent, des Africains laissent ceux qu’ils critiquent leur damer le pion là où ils pourraient ou devraient être Maîtres.

Les présidents français et angolais, Emmanuel Macron et Joao Lourenço, ont, tous deux, réaffirmé leur soutien aux accords qui prévoient la tenue d'élections en République démocratique du Congo (RDC) le 23 décembre, sans participation de l'actuel président Joseph Kabila. C'est, exactement, la même chose que demandent l'épiscopat rdcongolais, l'opposition et la société civile de ce pays, mais aussi, l'Union africaine et le Conseil de sécurité des Nations-Unies. Après avoir refusé de quitter le pouvoir au terme de son deuxième et dernier mandat qui prenait fin en décembre 2016, Joseph Kabila continue de jouer la montre en mettant les RDCongolais sur les nerfs dans un pays qui est considéré comme un baril de poudres dans la mesure où le moindre faux pas peut provoquer l'irréparable. Et si une telle situation survenait, Joseph Kabila se donnerait des raisons de rester au pouvoir et modifier la constitution, comme il le souhaite, secrètement, ainsi que, ses comparses avec lesquels il dirige le pays d'une main de fer.

Mamoudou Gassama, le Malien qui a sauvé un enfant à Paris, va être naturalisé et intégrer le corps des sapeurs pompiers, annonce Emmanuel Macron, ce lundi, 28 mai. Le « sans papier » (appellation française pour distinguer certains Africains des autres qui ont des papiers) avait escaladé un immeuble parisien pour sauver un enfant suspendu dans le vide. Un acte de bravoure. Une véritable scène à la Rambo qui a émerveillé jusqu'à la France qui vote Front national, et que Emmanuel Macron a tenu à saluer. Honneur à lui !

Quand on ne sait pas d'où on vient, on ne saura, jamais, où on va. Le 23 mai 1998, les Noirs de France avaient effectué une marche des descendants d'esclavage (mais aussi des Noirs venant d'Afrique), à Paris, qui avait, largement, contribué, trois ans, plus tard, à l'adoption de la « Loi Taubira », qui reconnaît la traite et l'esclavage comme crimes contre l'humanité. C'est la raison pour laquelle, le 23 mai 2018, soit, 20 ans après, l'association, SOS-Racisme, convie à un rassemblement, à partir de 14 heures, Place du Louvre (Paris 1), à l'angle de la rue de Rivoli. Venez nombreux commémorer les 20 ans de cette marche historique.

La Force du G5 Sahel dont le but est de combattre le djihadisme dans quatre pays de la sous-région (Mauritanie, Burkina Faso, Mali et Niger) fait tout ce qu'il faut pour démarrer. Président en exercice de la dite Force, le président du Niger, Mahamadou Issoufou, a, récemment, annoncé sa mise en activité effective, et ce de façon progressive. A Paris où il sera en visite officielle, le 4 juin, il en parlera avec le parrain de cette Force, le président français, Emmanuel Macron. Mais aussi de coopération et de développement. Il faut dire qu'il ne s'est pas trouvé une seule entreprise de BTP française capable de financer à concurrence de 152 millions d'euros (100 milliards de F CFA), les travaux de rénovation de l'aéroport de Niamey, qui viennent d'être confiés à une société turque. C'est le comble quand on sait que les entreprises françaises sont à la recherche des marchés à l'international. Cela dit, le Niger n'avancera pas de fonds. La société turque, Summa, pour se faire rembourser, gérera l'aéroport pendant une trentaine d'années.