France

L’actualité nous rappelle que la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations, doit se poursuivre et se renforcer. L’hebdomadaire d’extrême-droite, « Valeurs actuelles », représente une députée noire (de la France Insoumise) - Danièle Obono - telle une esclave tandis que Noël Le Graët, président de la Fédération française de football, minimise le racisme dans ce sport (« Il n'y a pas de racisme en football ou très peu »). Nicolas Sarkozy amalgame à la télévision et à une heure de grande écoute les singes, les nègres et les noirs à la suite d’une polémique de plusieurs jours pendant lesquels des personnes ont placé leur énergie à défendre l’emploi du mot « nègre » dans un livre d’Agatha Christie. C'est ce même Sarkozy, alors qu'il effectuait, une visite officielle, le 26 juillet 2007, à Dakar, avait raté l'occasion de se taire, en affirmant : « L'homme africain n'est pas suffisamment entré dans l'histoire ». En amalgamant consciemment singes, nègres et noirs, il n'est pas à son premier essai. Il est un affreux récidiviste. Dans le même temps, les chaînes d’info et notamment « C News » (propriété de Vincent Bolloré « l'Africain »), loin de toute déontologie journalistique, organisent, presque chaque jour que Dieu fait, la montée des malveillances racistes dans la société française dans l'indifférence générale des hommes politiques.

Les choses sont claires pour tout le monde en Centrafrique. Après avoir bénéficié du soutien de la France, au deuxième tour de la présidentielle de 2016, Faustin Archange Touadéra lui a tourné le dos et signé un accord avec la Russie qui englobe l'aspect « Sécurité et Protection personnelle ». Un bon camouflet pour Paris. Mais, très mauvais communicant, le président centrafricain a laissé tout dire sur les raisons de cette volte-face tandis que ses détracteurs montraient son ingratitude envers ceux qui l'avaient aidé à devenir chef de l'Etat. Depuis l'arrivée de la Russie, le Centrafrique est devenu un pays où la France rase les murs. Ou presque. Bref, pour les autorités, le Centrafrique n'est pas la chasse gardée de Paris.
Ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants, Geneviève Darrieussecq est donc arrivée ce jour, à Bangui, sur un terrain bien (bien) miné. Officiellement, elle vient superviser le transfert d'autorité à la tête de la Mission EUTM-RCA (European Union Training Mission – RCA) entre le général français, Eric Peltier et le général portugais, Paulo Neves de Abreu). Mais, nul doute qu'elle parlera de la présence russe et de la future présidentielle dans le pays où le repositionnement de la France n'est plus évident. En dehors de sa consoeur, la ministre de la Défense, Marie-Noëlle Koyara, elle s'entretiendra avec Faustin-Archange Touadéra, à ce sujet, dans l'espace que voudra bien lui affecter le conseiller russe en sécurité du président, qui tient son agenda des audiences.

Après avoir produit un bilan tel qu'il ne se voyait pas en mesure de le défendre, en 2017, laissant du coup les Socialistes être défendus par le candidat, Benoit Hamon, sans réelle envergure nationale, l'ancien chef de l'Etat, qui semble s'être remis de cette déculottée, regrette que le PS ne soit pas dans «la situation la plus brillante qu'il soit» alors qu'il devrait, selon lui, jouer un rôle «pivot» pour faire gagner la gauche en 2022.

Les promesses électorales ne valent que pour ceux qui y croient. “J’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 et de transférer le pouvoir à une jeune génération.” Ces propos tenus devant les députés et sénateurs ivoiriens réunis, à Yamoussoukro, le 5 mars 2020, et pour lesquels il reçut, immédiatement, les chaleureuses félicitations d’Emmanuel Macron, Alassane Ouattara les a reniés le 6 août, veille de la fête nationale. Que vaut la parole présidentielle en Côte d'Ivoire ?

Ils ne vont pas s'en sortir avec si peu. Depuis samedi, 29 août, le directeur et le directeur-adjoint de la rédaction de Valeurs Actuelles, ce magazine d'extrême-droite, parcourent les rédactions parisiennes pour essayer d'éteindre l'incendie provoqué par leur racisme qu'ils viennent d'étaler au grand jour, dans le dernier numéro de leur magazine où la députée de la France Insoumise, Danièle Obono, est traitée sur huit pages d'esclave. Pas moins. Pour avoir le courage d'une telle publication, il faut soi-même avoir des idées bien arrêtées sur le racisme et ne pas s'en démordre. Comme on sait, Honorable, Danièle Obono, n'a pas encore porté plainte (elle étudie encore une telle possibilité au pénal avec son parti), mais c'est la justice elle-même qui s'est saisie de l'affaire. Car elle est trop (trop) grave. Les choses se passent, aujourd'hui, comme si certaines personnes voulaient détruire la France, ce pays que beaucoup envient à l'étranger.

Jean-Marie Michel Mokoko est en route pour regagner son domicile à Brazzaville en homme libre ou au contraire pour regagner sa cellule à la Maison d'Arrêt ? Emmanuel Macron est quelqu'un d'intelligent, c'est incontestable. On ne devient pas Président de la France à moins de 40 ans par hasard.
 

Danièle Obono est haïe au sein d'une certaine opinion française. Mais, elle est aussi très aimée. Députée de la 17e circonscription de Paris (ce qui n'est pas à la portée de ceux qui l'insultent aujourd'hui dans le magazine Valeurs actuelles), elle fait honneur à la France, cette France multiculturelle bleu-blanc-rouge, black-blanc-beur, qui a gagné deux fois la coupe du monde de football en 1998 et en 2018, et qui porte très haut les valeurs de la France dans le monde.

Après avoir ébranlé le pouvoir d'Emmanuel Macron en 2018, les Gilets Jaunes reviennent en force. Ils s'annoncent en pleine rentrée perturbée par le regain du coronavirus par une première manifestation, qui leur donnera l'occasion de demander ni plus ni moins la démission d'Emmanuel Macron.

Guillaume Soro, exclu de la liste pour le scrutin présidentiel du 31 octobre en Côte d'Ivoire, en appelle à Emmanuel Macron afin qu'il prenne position contre Alassane Ouattara, le président sortant qui brigue un troisième mandat alors que la constitution ivoirienne limite à deux le nombre de mandats. Voici la lettre qu'il vient de faire parvenir au chef de l'Etat français.

Les Français ont-ils la mémoire courte ? A voir comment ils traitent les Africains dans leur pays, il y a lieu de se poser cette question. Les deux guerres mondiales ne sont pourtant pas loin des souvenirs. Qui ne se rappelle que les deux victoires françaises furent préparées en Afrique et que les combattants africains y prirent une part notable ? Aujourd'hui où la France a consacré son amitié avec le pays qui la dominait hier, l'Allemagne, elle a oublié ceux qui étaient là pour l'aider à ne pas se coucher : les combattants africains. Cherchez les noms de combattants africains morts pour la France. Vous ne trouverez (à peu près) rien. Quelle ingratitude !

On savait, depuis plusieurs mois, que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, ne pouvait passer un weekend, ensemble, avec son homologue français, Emmanuel Macron. Tant les relations entre les deux sont exécrables. Mais, on ignorait à quel point les deux chefs d'Etat se haïssent cordialement. Un nouveau point de cette escalade vient d'être franchie. Ce vendredi, 14 août, en effet, le gouvernement turc a accusé la France de se comporter « comme un caïd », et d'accentuer les tensions en Méditerranée orientale, après le renforcement de la présence militaire française dans cette zone où Ankara et Athènes s’opposent. Il faut dire que la France soutient la Grèce dans ce conflit.

Emmanuel Macron est en train de se demander pourquoi son ami et grand conseiller du moment, l'ancien président, Nicolas Sarkozy, demande avec insistance à l'un de ses hommes d'affaires préférés, le Breton, Vincent Bolloré, d'étendre son empire médiatique. Déjà propriétaire des chaînes de télévision, Canal + et Cnews, le papivore est, également, invité à acquérir le reste de l'empire médiatique d'Arnaud Lagardère, lui aussi, très proche de Nicolas Sarkozy. Il s'agit de la radio périphérique, Europe 1, et des hebdomadaires, Paris Match et Le Journal du Dimanche. Et Emmanuel Macron tout inquiet de se demander, « pourquoi tout ça » à deux années d'une périlleuse présidentielle ?

Initié en 2017, le programme Bachelor of Science de l’Ecole polytechnique a célébré, le 17 juillet, ses premiers diplômés. Accueillis dans les meilleures universités du monde à l’issue de leur formation, les étudiants du Bachelor de l’X (Ecole polytechnique de Paris) ont bénéficié d’un enseignement hautement sélectif et pluridisciplinaire dispensé exclusivement en anglais. Ces destinations prestigieuses accordées aux étudiants diplômés du Bachelor confirment la qualité et l'excellence de ce programme, et attestent de la dimension internationale de ce cycle de formation.
9 étudiants africains ou binationaux sont sortis, aussi, le 17 juillet. Il s'agit de :
1 étudiante franco-ivoirienne
5 étudiants marocains
1 étudiante sud-africaine qui était passée par le Kenya
1 étudiant tunisien
1 étudiant égyptien

La police a annoncé le démantèlement d’un réseau de fausse monnaie lié à la Camorra (mafia italienne liée à la drogue), dans trois pays européens, à savoir, la France, l'Italie et la Belgique. Huit millions d’euros ont été saisis ainsi que 8 millions d’euros de biens.

Un véhicule banalisé avec des militaires français à l'intérieur, a essuyé des tirs, lundi, 13 juillet, près de la résidence privée du chef de l'Etat, à N'Djamena. Le véhicule est suspecté d'avoir pris des photos. Pourquoi faire ? Presque la même scène s'était produite, le 9 juin dernier, devant la présidence, entre la garde de Déby et les soldats de Barkhane. La garde présidentielle avait ouvert le feu contre les soldats de Barkhane créant une peur panique dans la capitale où la nouvelle s'était répandue comme une trainée de poudre.

Le défilé a minima a bien eu lieu, à Paris, en cette difficile période de coronavirus. Dans les rangs des soldats qui défilaient, on a pris la peine de mettre, à chaque fois, un militaire noir, parfois deux, pour bien montrer que l'armée française respecte la diversité comme le reste de son corps social. Pourtant, un général noir manque, toujours, à l'appel, ce qui montre que la France a, encore, de sérieux grands efforts à faire dans ce domaine. Et bien d'autres. Alors, afriqueeducation.com repose, sympathiquement, la question à son patron, le chef suprême des armées, Emmanuel Macon : à quand la promotion d'un noir comme général ? En fait, il n'en faut pas un mais plusieurs. Mais commençons déjà par un. On en est là en France alors qu'aux Etats-Unis, un noir, le général, Colin Powell, a, déjà, assuré les fonctions de chef d'état major des armées, en pleine guerre du Golfe contre l'Irak. Avant de devenir le chef de la diplomatie américaine sous George W. Bush. Comme on dit à Abidjan, « Cher Emmanuel, c'est comment » ?

La passation de pouvoirs entre Nicole Belloubet, ministre de la justice et Eric Dupond-Moretti, son successeur, a eu lieu dans la cour de la Chancellerie, mardi, 7 juillet, à 11h30. Après un entretien d’une vingtaine de minutes en privé, les deux personnalités ont prononcé, chacune, un discours de quelques minutes. Pour la première fois, un Garde des Sceaux en France s'affiche, clairement, comme un ministre qui va favoriser l'anti-racisme et les droits de l'homme. Autrement dit, il va faire appliquer, avec rigueur, les textes qui régissent ces questions-là, mais, mieux encore, il faut voir dans sa profession de foi, quelqu'un dont les aspirations profondes sont, résolument, anti-racistes. C'est incontestablement un plus. Comment ne devrait-on pas être à l'aise avec de tels propos qu'on n'entend pas souvent dans la bouche d'un ministre régalien en France ?

Estimant qu’Emmanuel Macron était « quelqu’un de très honnête » susceptible de contribuer à un climat d’apaisement, le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a déclaré, samedi, 4 juillet, attendre des excuses de la France pour la colonisation de l’Algérie. A la chaîne de TV, France 24, sur d’éventuelles excuses de Paris, il a répondu : « On a déjà reçu des demi-excuses. Il faut faire un autre pas […] On le souhaite ». Tout est dit ! Les propos du chef de l'Etat algérien auraient pu être prononcés par n'importe quel autre chef d'Etat d'Afrique noire francophone. Autant dire que le problème du passé colonial français en Afrique est très sérieux et conditionne l'image de la France en Afrique et les relations véritables que ce pays devra avoir avec ses anciennes colonies. En évitant cette question ou en disant que c'est du passé, les élites françaises qui tiennent ce langage, ne rendent pas service aux deux parties et ne font que repousser un éventuel partenariat véritable (égal égal et gagnant gagnant), à la fois, sain et mutuellement bénéfique entre la France et les pays africains concernés.

Les crânes de 24 résistants à l'invasion française au 19e siècle sont revenus en Algérie. Ils reposaient depuis au Musée d'histoire naturelle de Paris. Bachir Senouci, initiateur d’une pétition pour la restitution de ces restes mortuaires, envisage de lancer de nouvelles actions pour la récupération du patrimoine algérien situé en France. On en arrive, maintenant, à faire des pétitions car l'idée du président, Emmanuel Macron, de faire voter une loi qui favorise le retour des patrimoines culturels pillés en Afrique pendant la colonisation française est presque jetée aux oubliettes. Le contexte politique actuel dans lequel se débat le jeune président, fait qu'un tel dossier ne fait plus partie des priorités à moins de deux années d'une réélection très (très) incertaine. Conséquence : il faudra que chaque pays africain se débatte comme il pourra pour récupérer ses objets culturels en France. L'Algérie vient de montrer l'exemple à suivre.

Au nom de toute l'équipe qui fabrique Afrique Education, Merci d'avoir accepté de souffrir avec nous de l'absence du magazine chez les marchands de journaux. Trois mois sans nous lire, c'est beaucoup trop autant pour vous que pour nous.