France

Franchement, c'est une vraie bonne fausse mesure. C'est comme si pour soigner la fièvre, on s'en prenait au thermomètre. Expulse-t-on ce directeur de l'AFP parce qu'il s'adonnait à des pratiques extra-journalistiques ? Si oui qu'on le dise clairement et qu'on le démontre. L'expulse-t-on parce qu'on considère que ses papiers mettent de l'huile sur le feu au regard de la situation qui prévaut dans le pays ? On peut penser qu'il s'agit là d'un des griefs qui lui sont reprochés. Mais ici, la réponse est simple car avec les réseaux sociaux et internet, l'AFP n'a pas (plus) le monopole de l'information. Ce que ce directeur de l'AFP ne va pas dire parce qu'on l'a expulsé, plein d'autres médias en ligne ou non le diront exactement, ou mieux, avec plus de virulence encore. Alors question : pourquoi l'expulse-t-on véritablement car cette décision est tout simplement stupide ? Le pouvoir algérien (ou ce qui en reste) n'est plus à une contradiction près.

Un vrai cauchemar pour ces enfants ! Ce professeur a enseigné à Singapour. Il a été interpellé à Besançon (dans le département du Doubs en France) par l'Office central pour la répression des violences aux personnes. Il est soupçonné de viols sur plusieurs dizaines d'enfants en Thaïlande, en Malaisie, aux Philippines et en Inde.

Sibeth Ndiaye, la seule noire visible du Cabinet d'Emmanuel Macron, à l'Elysée, est promue porte-parole du gouvernement, en remplacement de Benjamin Griveaux, qui aspire à remplacer Anne Hidalgo du parti socialiste, comme maire de Paris. Amélie de Montchalin s'empare des Affaires européennes et Cédric O du numérique.

Plus de cinq ans après les premières plaintes, le Parquet national financier (PNF) demande un procès à Paris pour Rifaat al-Assad, oncle du président syrien, Bachar al-Assad. Et pour cause, il est soupçonné de s'être, frauduleusement, bâti en France une fortune immobilière estimée à 90 millions d'euros.

Le parquet de Nanterre a indiqué vendredi, 22 mars, avoir fait appel de la condamnation de Koffi Olomidé, star de la chanson congolaise, à de la prison avec sursis pour "atteintes sexuelles sur mineure".

Le premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, va-t-il être piégé ? Un homme averti en vaut deux, dit un proverbe bantou. Sous le haut patronage du  président, Gérard Larcher, et le parrainage de Christophe-André Frassa, président du groupe d'amitié France-Afrique centrale, le sénat français organisera, vendredi, 29 mars 2019, de 9 heures à 13 heures, avec un accueil à partir de 8h30, un colloque économique sur le Gabon, en partenariat avec Business-France et la direction générale du Trésor. Julien Nkoghe Bekale y assistera, personnellement, avec plusieurs de ses ministres et collaborateurs.

Quatre de ses danseuses l'accusaient, auprès du Tribunal de grande d'instance de Nanterre, de leur avoir imposé des relations sexuelles, mais, le chanteur congolais, Koffi Olomidé, relaxé pour trois d'entre elles, s'en est, finalement, sorti, lundi, 18 mars, avec une peine de deux ans de prison avec sursis pour "atteinte sexuelle" sur mineure.

Le numéro 474 d'Afrique Education en vente, chez les marchands de journaux, depuis mercredi, 6 mars, consacre un important dossier sur le F CFA. Le dossier est présenté tel que cela n'avait pas encore été le cas lors des débats, généralement, consacrés à cette monnaie. Le président de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, est-il le dernier grand défenseur de cette monnaie en Afrique, titre Afrique Education en une, avec la photo du président ivoirien sortant de son entretien avec le président français, Emmanuel Macron. Lors de l'échange avec les journalistes qui s'en était suivi, il avait invité les Africains à changer de débat car pour lui, « le F CFA est une monnaie solide, bien gérée et appréciée ».

Officiellement, il n'y aura pas de réaction ni contre ni en faveur de la candidature à sa succession du président, Abdelaziz Bouteflika. Les autorités françaises savent jusqu'où ne pas aller avec les autorités algériennes dont le nationalisme et les questions d'ingérence constituent des principes intangibles de leur diplomatie. Et puis, il y a cette masse d'Algériens et de Franco-Algériens (plus de 5 millions de personnes) qui peuplent la France et dont la réaction reste à surveiller de très près. Du côté d'Alger, on n'attend aucun commentaire de Paris sur une telle question tout comme Alger ne peut se permettre de commenter l'actualité politique présidentielle française. C'est donc la réciprocité et une sorte de parallélisme des formes qu'on va observer, même si, à Paris, on est à la fois, inquiet, embarrassé et vigilant.

Le premier ministre français, Edouard Philippe, effectue de vendredi, 22 février, soir, à dimanche, 24 février, au Mali, une visite de "soutien" à ce pays, qui peine, malgré une pression militaire accrue de la France, à enrayer l'extension des violences djihadistes, notamment, vers le Burkina et le Niger voisins. Alors qu'au même moment, malgré l'appui de la France, le G5 Sahel n'arrive toujours pas à être, réellement, opérationnel, faute de financements.

Les scandales récents au sein de l'église catholique ont poussé les autorités religieuses à développer la sensibilisation tout au long de la formation des prêtres au sein des séminaires.

La colonne de combattants de l'UFR voulait-elle renverser Idriss Déby Itno comme se justifie le chef de la diplomatie française ? On a besoin de rétorquer à Le Drian : «  Et alors » ? « Et puis quoi encore » ? « Rien que ça » ?
Le ministre français des Affaires étrangères donne, ici, une explication qui infantilise, complètement, les Tchadiens et les Africains qui sont, totalement, remontés contre cette ingérence inqualifiable, injustifiable, de la France dans des affaires intestines du Tchad. Très critiqués, les Français ont expliqué, sans convaincre personne, que la colonne de combattants de l'UFR était composée, en partie, de djihadistes venant de Libye. C'est faux ! Elle était composée de Tchadiens réfugiés en Libye qui venaient en rébellion contre le pouvoir dictatorial tchadien dont la mal-gouvernance n'est nullement ignorée à Paris, puisque c'est la France qui comble certains déficits (provoqués par la mauvaise gestion) de Déby. A titre d'exemple, c'est la France qui va financer les élections législatives annoncées dans quelques mois au Tchad, élections que le régime de Déby n'arrivait pas à organiser, faute d'argent, depuis deux ans. C'est vraiment le comble que la France en soit à justifier l'injustifiable parce qu'elle porte dans ses bras un dictateur encombrant.

Avant tout, il convient de préciser que même s'il s'agit au fond de la même monnaie, la France distingue tout de même d'un côté, le Franc de la Communauté financière en Afrique (F CFA), à savoir, celui de l'Afrique l'Ouest, et d'un autre côté, le Franc de la Coopération financière en Afrique (F CFA), celui de l'Afrique centrale.

Le roi de la rumba congolaise est attendu, lundi, 11 février, devant la justice française : Koffi Olomidé, visé par un mandat d'arrêt, doit répondre des faits d'agressions sexuelles qui auraient été commis, en région parisienne, entre 2002 et 2006, sur quatre de ses danseuses. Chanteur célèbre, Koffi Olomidé est un collectionneur de procédures en justice.

Le nouveau pouvoir italien (composé de racistes et de populistes) est comme le savon Omo. Il lave plus blanc que neige. Les nombreuses vérités que ses responsables politiques distillent, depuis quelques temps, sur la politique française, ont fait mouche, non seulement, en Afrique où elles ont reçu des échos plus que favorables, mais aussi, auprès du gouvernement français, lui-même, qui essaie de calmer le jeu en rappelant son ambassadeur en « consultation ». Calmer le jeu car c'est le seul moyen véritable de faire entendre raison aux turbulents responsables politiques italiens. Un pari que Paris est loin d'avoir gagné car l'enjeu est ailleurs : faire un bon score lors des élections européennes dans quelques mois.

Le ministre algérien de la Justice, Tayeb Louh, et son homologue française, Nicole Belloubet, ont procédé, dimanche, 27 janvier, à Alger, à la signature de la convention relative à l'extradition de criminels entre les deux pays. Reste maintenant à fixer les modalités concrètes de la mise en œuvre de cette convention qui est une première dans les relations entre la France et l'Algérie.

Patron du football centrafricain et ex-milicien, Patrice-Edouard Ngaïssona, arrêté, à la mi-décembre, en France, a été transféré, mercredi, 23 janvier, à la Cour pénale internationale (CPI), pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre présumés. Ce transfèrement a lieu au moment où s'ouvre à Khartoum, au Soudan, une grande conférence de paix qui réunit 14 rébellions armées et le gouvernement, sous l'égide de l'Union africaine et de quelques partenaires bilatéraux.

Jean-Yves Le Drian, ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, et d’autres citoyens français s’étaient offusqués de voir le président américain se mêler de politique intérieure française. C’était le 9 décembre 2018. Et pourtant, jusqu’ici, eux-mêmes n’ont rien fait d’autre que cela parce que c’est tout ce qu’ils savent faire : s’immiscer de manière intempestive, indécente et grossière dans les affaires des autres.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a estimé, jeudi, 10 janvier, que les résultats annoncés de l'élection présidentielle en République démocratique du Congo (RDC) ne semblaient "pas conformes aux résultats que l'on a pu constater ici ou là". Quelle mouche a donc piqué le patron du Quai d'Orsay dont la réaction post-électorale est, toujours, conforme aux positions du pouvoir en place, quand il ne se borne pas, simplement, à conseiller le recours aux institutions républicaines, dans la paix, en cas de contestation ? Ces dernières années, l'Union européenne, au contraire, ne s'est pas montrée complaisante. Au Gabon, elle avait pondu un rapport aux antipodes de celui des observateurs africains. La position de l'Union européenne était, tellement, tranchante que les autorités gabonaises ont dû regretter de l'avoir invitée pour observer leur présidentielle. Conséquence de ce changement de paradigme, au Cameroun, en octobre dernier, le gouvernement n'a pas commis la même erreur. Il a tenu l'Union européenne loin de sa « surface de réparation ». Cela veut-il dire que la complaisance des Occidentaux à l'endroit des pouvoirs africains aurait cessé ? Rien n'est moins sûr même s'il faudra observer l'attitude du chef de la diplomatie française, lors des futures élections présidentielles qui auront lieu dans l'ancien pré-carré français.

Après 2003 et 2013, le sultan du Tchad, Idriss Déby Itno, est en train de se lancer dans une troisième aventure militaire en Centrafrique. Comme les deux précédentes qui entraînèrent le départ d'Ange-Félix Patassé (2003) et de François Bozizé (2013), celle de 2019 aura pour but d'évincer le président, Faustin-Archange Touadéra, du pouvoir. Comme les deux autres qui furent soutenues par Jacques Chirac et le "silence" de François Hollande, l'actuelle opération militaire est parrainée par le jeune président français.