G20

L'Arabie saoudite a pris dimanche, 2 décembre, pour la première fois, les rênes de la présidence tournante du G20, avec l'espoir de redorer son blason sur la scène internationale face aux vives critiques sur son bilan en matière de droits humains.

La chancelière allemande, Angela Merkel, accueille, ce mardi, 30 octobre, à Berlin, 12 chefs d'Etat africains pour une nouvelle dynamique axée sur le secteur privé. Il s'agit des chefs d'Etat venant des pays suivants : Bénin, Côte d’Ivoire, Egypte, Ethiopie, Ghana, Guinée, Maroc, Rwanda, Sénégal, Tunisie, Togo et Burkina Faso. A ce jour, ces 12 pays ont adhéré à ce projet et exposé leurs aspirations et leurs programmes de réforme dans un cadre adopté par les ministres des Finances du G-20 en mars 2017. On peut, donc, dire sans risque de se tromper que ces douze pays sont ceux qui font de réels efforts de bonne gouvernance version Banque mondiale et Fonds monétaire international.

Depuis le début de l’année 2017, la diplomatie allemande multiplie les initiatives économiques en faveur du continent africain. Profitant de sa posture de présidente en exercice du G 20, dont le prochain Sommet est prévu, à Hambourg, les 07 et 08 juillet prochain, Angela Merkel, en recevant 9 chefs d’Etat du continent, à Berlin, les 12 et 13 juin, a confirmé son attachement à un partenariat fécond avec l’Afrique avec comme premier socle, la mise en œuvre d’un plan que d’aucuns ont qualifié de Plan Marshall pour l’Afrique.