gilbert diendéré

Coup de tonnerre dans la salle d'audience du tribunal militaire de Ouagadougou. Accusé d'être le commanditaire du coup d'état de septembre 2015, ce qu'il a, toujours, démenti, totalement, le général, Gilbert Diendéré, a demandé « pardon », ce mercredi, 5 décembre, matin, aux victimes. Est-il traversé par l'esprit saint pour qu'il redescende, ainsi, sur terre, après avoir donné l'impression qu'il était insensible à la douleur des victimes ? Cette question, pour l'heure, demeure sans réponse.

Le général, Gilbert Diendéré, cerveau présumé du putsch manqué de septembre 2015 au Burkina Faso, a été inculpé d'attentat à la sûreté de l'Etat et trahison. Faiseur des basses besognes de Blaise Compaoré, il était, aussi, le patron du redoutable RSP (Régiment de sécurité présidentielle), qui faisait la pluie et le beau temps pendant le règne du « Beau Blaise ». Diendéré croupit en prison depuis son arrestation en septembre 2015, pour avoir tenté d'organiser le retour, par les armes, de son ancien mentor, actuellement, exilé en Côte d'Ivoire, pays dont il a, finalement, pris la nationalité.

BURKINA FASO : Le général Gilbert Diendéré vient d'être livré à la justice
Les nerfs du général ont fini par lâcher. Il vient de se rendre aux autorités de transition. Sans violence.
BURKINA FASO : Le général Gilbert Diendéré nommé président, mais aucune chance qu'il le reste
La prise d'otages à la présidence du Burkina Faso d'hier alors que se tenait le conseil des ministres hebdomadaire, a finalement muté, ce matin, en coup d'état.