Immunité accordée par l'opposition.

L'opposition revancharde n'est pas une bonne chose pour l'Afrique où beaucoup de pays sont à la recherche de l'alternance. Il faut être logique avec soi-même : quel est ce chef d'Etat qui va accepter son éjection du pouvoir se sachant menacé par des poursuites judiciaires après la perte de son immunité ? Le fait que certains proches d'Adama Barrow aient commencé à proférer des menaces à l'endroit de Yahya Jammey, qui avait félicité le vainqueur et proposé ses services pour son succès à la tête de la Gambie, n'est pas une faute. C'est une bêtise politique. Il appartient, maintenant, à la même opposition de donner toutes les garanties au président sortant qu'il vivrait tranquille, après son départ du pouvoir. C'est le prix à payer pour la tranquillité de la Gambie.