Japon

Les trois Nobel de Chimie 2019 ont inventé et développé les batteries au lithium-ion utilisées, aujourd'hui, dans les téléphones, ordinateurs portables et véhicules électriques.

Après Nairobi qui avait accueilli le TICAD 6, place, cette année, au Japon où, du 28 au 30 août, le port de Yokohama abrite les travaux du TICAD 7. La principale thématique portée à l’ordre du jour de ce Sommet est dédiée à « La transformation et à la diversification de l’économie africaine ». Plusieurs chefs d'Etat assistent aux travaux dirigés par le premier ministre Shinzo Abe.

Visiblement, le radicalisme et le jusqu'auboutisme de Donald Trump dans le dossier nord-coréen, ne paient plus. Après le président sud-coréen, Moon Jae-in, c'est au tour du numéro un japonais de nouer les contacts diplomatiques avec le « leader bien aimé ». Deux alliés de Washington dans la sous-région. Comme quoi, contrairement, à ce qu'affirment les faucons de l'administration Trump, Kim Jong-un est bel et bien devenu fréquentable. Et comment ne le serait-il pas alors qu'il vient d'effectuer une réussite officielle chez son camarade russe, Vladimir Poutine, après quatre voyages effectués en Chine, chez le grand-frère, Xi Jinping, ces douze derniers mois. La Chine et la Russie sont toutes deux membres permanents du Conseil de sécurité avec droit de veto comme les Etats-Unis.

C'est la première fois depuis 200 ans qu'un empereur transmet, de son vivant, le trône du Chrysanthème à son fils. Il s'agit, en l'occurrence, de l'empereur Akihito au profit de son fils Naruhito.

Le PDG de Renault et de l'Alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, va passer Noël et le début de la nouvelle année derrière les barreaux, la justice japonaise ayant décidé, dimanche, 23 décembre, de prolonger sa garde à vue jusqu'au 1er janvier inclus. Une bien mauvaise nouvelle pour le grand patron français à qui la justice française ne reproche absolument rien dans la gestion du groupe contrairement à celle du Japon.

L'ex-patron du groupe Renault-Nissan, Carlos Ghosn, nie toute dissimulation de revenus et les malversations dont il est accusé, selon la chaîne de télévision publique japonaise NHK. Le Franco-Libano-Brésilien, qui est resté, formellement, PDG de Renault, ne s'était pas exprimé depuis son arrestation lundi à Tokyo. Il est, toujours, gardé à vue par la justice japonaise, bien que débarqué de la présidence de Nissan.

Après le succès du Sommet entre Donald Trump et Kim Jung-un, organisé, le 12 juin, à Singapour, c'est au tour du premier ministre japonais, Shinzo Abe, de préparer le sien, dans les prochains mois, avec le « leader bien aimé » nord-coréen. Voilà pourquoi il l'a appelé, samedi, 16 juin, afin qu'ils surmontent, ensemble, leur méfiance mutuelle. Il confirme, par ailleurs, que des efforts sont en cours en vue de l'organisation d'un sommet. Le « leader bien aimé », lui, ne demande pas mieux. Il suit sa stratégie à la lettre : 1) Doter la Corée du Nord d'une bombe nucléaire capable d'atteindre le territoire des Etats-Unis. 2) Une fois ce cap réussi, appeler aux négociations directes, en tête à tête, sans intermédiaire, entre lui et le chef de la Maison Blanche. Nous y sommes avec succès. Les besoins du « leader bien aimé » sont simples : mettre fin à l'embargo qui frappe le pays et bénéficier de facilités diverses susceptibles de favoriser la relance de l'économie nord-coréenne, et relever, sensiblement, le niveau de vie des Nord-Coréens. Le plus bas de la péninsule. En contrepartie, le « leader bien aimé » accepterait la dénucléarisation de la Corée du Nord et de toute la péninsule, en ayant quand même à l'esprit que sans bombe nucléaire, il deviendrait, aussi, vulnérable que le Libyen Mu'ammar al Kadhafi, assassiné par un conglomérat de tueurs français, américains, anglais et de l'OTAN. Un avantage non négligeable cependant : Le « leader bien aimé » a, pour lui, le temps contrairement aux dirigeants américain, japonais et sud-coréen, qui, eux, sont tenus par le succès aux élections avec à la clé la limitation des mandats, alors que les principaux soutiens de Kim Jong-un, à savoir, les présidents chinois et russe, ont tout le temps pour eux. Le « leader bien aimé » est un redoutable stratège, malgré ses petits 34 ans d'âge.

C'est un aparté assez inédit qui a eu lieu, lundi, 18 septembre, en marge de la 72e Assemblée des Nations-Unies, à New York. Pour la première fois, le premier ministre japonais, Shinzo Abe, a réuni quelques chefs d'Etat africains triés sur le volet, afin de leur parler Coopération de manière officielle. En réalité, c'est le conflit avec son puissant voisin et non moins puissance nucléaire, la Corée du Nord, qui a motivé cette rencontre. Objectif : couper tout lien (commercial) entre les pays africains (sous tutelle) et la Corée du Nord.

Le biologiste japonais, Yoshinori Ohsumi, du laboratoire de l'Institut de technologie de Tokyo, au Japon, vient d'être désigné Prix Nobel de Médecine, ce matin, pour ses recherches sur l'autophagie, un mécanisme d'autorégulation de la cellule.

Un rôle croissant pour le secteur privé, une volonté de l'Afrique de ne plus seulement recevoir, mais, davantage, participer : la sixième conférence nippo-africaine, Ticad, s'ouvre, samedi, 27 août, à Nairobi, avec la volonté pour Tokyo de se démarquer de l'aide fournie par Pékin.

Une rencontre en amont de la 6e Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (Tokyo International Conference on African Development ou TICAD VI), a eu lieu, le 19 juillet, à Londres. Ce Sommet TICAD, sera le premier à être organisé, en Afrique, et aura lieu à Nairobi, au Kenya, les 27 et 28 août 2016.

Le défilé militaire place Tian an men, ce jeudi, a été une véritable démonstration de force de la Chine. L'Occident est inquiet que la puissance militaire cherche à loger ailleurs.