John Magufuli

Le président tanzanien, John Magufuli, a appelé les femmes à "abandonner" les moyens de contraception, estimant qu'il "est important de se reproduire". Le président dit, ainsi, tout haut ce que beaucoup de ses homologues pensent tout bas. Plus important, il se positionne contre les théories occidentales qui font pression sur les dirigeants africains pour qu'ils instaurent le contrôle des naissances. Au moment où l'Europe connaît une certaine stagnation de sa population, celle de l'Afrique atteindra 2,5 milliards de personnes en 2050, selon les nations-unies. De quoi effrayer l'Occident triomphant. En Europe, par exemple, les dirigeants donnent un très mauvais exemple à leurs compatriotes en choisissant de ne pas avoir d'enfant. C'est le cas des dirigeants allemand, français, anglais, luxembourgeois, par exemple. Ils sont mariés le plus naturellement du monde, depuis de très longues années, sans aucun enfant. Un choix assumé. C'est tout simplement impensable en Afrique où on reconnaît la valeur d'un homme dans le grand nombre d'enfants qu'il possède. En demandant aux femmes d'abandonner la contraception, le très courageux président, John Magufuli, reste égal à lui-même. C'est un authentique africain qui parle au nom des peuples d'Afrique.

Au moment où le président du Burundi, Pierre Nkurunziza, essaie de maintenir une paix par les armes, après avoir brigué grâce à la fraude un troisième mandat à la tête de l'Etat auquel il n'avait pas droit, les présidents tanzanien, John Magufuli, et ougandais, Yoweri Museveni, ont, vivement, critiqué la décision des juges de la Cour pénale internationale (CPI) autorisant l'ouverture d'une enquête sur des crimes contre l'humanité présumés au Burundi. De qui se moquent-ils en faisant semblant de jouer les facilitateurs entre les deux camps ennemis alors qu'en réalité, ils soutiennent la dictature de Nkurunziza comme le montre leur soutien ?

Existe-t-il de véritables féministes en Tanzanie ? On pense que non, sinon, le président, John Magufuli, n'aurait pas proféré une telle énormité, à savoir, que les filles mères n'ont plus leur place à l'école, mais, à la maison. Il y a de quoi hérisser les poils des responsables de l'Unesco et de l'Unicef, qui oeuvrent, pour l'école de la deuxième chance, voire, même de la troisième chance.