Kako Nubukpo

Pauvre Michaëlle Jean ! Que ne ferait-elle pas pour se succéder à elle-même à la tête de l'OIF (Organisation internationale de la francophonie) en 2018 ? Contrairement à son compatriote, Jean-Louis Roy, qui avait réussi à placer cette organisation à équidistance des influences française et canadienne, grâce à sa stature et un bilan qui parlait de lui-même, sa jeune et fragile compatriote n'a, jamais, réussi à imprimer ses marques à la tête de cette organisation très politique, que la France aime utiliser pour asseoir son influence dans les pays membres. Soutenue dans sa course à la tête de l'OIF contre le Congolais, Henri Lopes, par l'ancien président français, François Hollande, à Dakar, Michaëlle Jean est obligée, aujourd'hui, de sacrifier son meilleur collaborateur sur l'autel de ses ambitions pour un deuxième mandat. Qu'elle risque de ne pas avoir son bilan n'étant pas à la hauteur. Sur un tout autre plan, le limogeage du jeune professeur agrégé en sciences-économiques, Kako Nubukpo, montre que le chemin à parcourir par les Africains pour se débarrasser du très colonial F CFA est encore (très) long et semé d'embûches. Mais, tôt ou tard, il faudra que cesse cette « servitude volontaire » qui fait que les pays africains membres de cette zone monétaire sont, systématiquement, placés sous le contrôle monétaire et financier (c'est-à-dire politique) de la France, ce qui en fait des pays sous tutelle ou si l'on veut à l'indépendance pas totalement acquise.