Vous êtes ici

Libye

L'assassinat du leader libyen, n'a, pas encore, livré tous ses secrets. Son ancien vieil ami, Tony Blair, vient de remettre deux conversations téléphoniques (suspectes) enregistrées, neuf mois avant son assassinat, alors qu'il tentait de fuir la Libye pour se rendre, au Niger voisin, par la route.

Le représentant des Nations-Unies en Libye, l'Allemand, Martin Kobler, envisage le retour à la normale, en Libye, cette année 2016. Il en a fait part aux réfugiés. Première étape : formation d'un seul et unique gouvernement dans les prochaines semaines.

Depuis le 17 décembre, au Maroc, les Libyens semblent sur la voie de constituer un seul et unique gouvernement et un seul et unique parlement, domiciliés, à Tripoli. Le Conseil de sécurité parraine cette démarche qui est celle de la dernière chance.

Le représentant spécial du secrétaire général pour la Libye, l'Allemand, Martin Kobler, s'est félicité, jeudi, 18 décembre, de la signature, à Skhirat, au Maroc, d'un Accord politique entre plusieurs parties au conflit en Libye.

Bientôt chassé de la Syrie et de l'Irak, l'Etat islamique (EI) va, certainement, prendre ses quartiers en Libye, où règne un désordre total, avec deux gouvernements qui se font la guerre. L'Afrique retient son souffle.

François Hollande et Matteo Renzi se sont concertés ce matin, à Paris, sur la Syrie, avant de s'attarder sur la Libye. Déstabilisée par l'assassinat de Kadhafi, la Libye est devenue un véritable boulet pour la communauté internationale.

Au lendemain de l'attentat qui a coûté la vie à 14 agents de la sécurité présidentielle tunisienne, le président, Béji Caïd Essebsi, qui a annulé la visite officielle qu'il devait effectuer, ce jour, en Suisse, prend des mesures draconiennes.

Notre confrère, Mediapart, va-t-il faire plier l'ancien chef de l'Etat français, Nicolas Sarkozy, qui tordrait le cou à la vérité sur les 50 millions d'euros que l'ancien guide libyen lui aurait alloué pour sa campagne présidentielle en 2007 ?

Un livre révèle quelques secrets dans la façon dont la décision de bombarder l'ancien leader libyen, Mu'ammar al Kadhafi, avait été prise, à Paris.

Quatre ans après la mort de l'ancien dictateur libyen, Mu'ammar al Kadhafi, son héritage pèse encore sur le pays.

Pages