Limogeage de 4 chefs militaires.

Le gouvernement nigérien réuni, lundi, 13 janvier, en conseil des ministres, à Niamey, a pris d'importantes mesures dans la haute hiérarchie militaire marquées, notamment, par le départ du chef d'état-major des Forces armées nigériennes (FAN), le général de corps d'armée, Ahmed Mohamed, en poste depuis janvier 2018, remplacé par le général de division, Salifou Modi. Plus tard, dans la soirée, à Pau, en France, les chefs d'Etat du G5 Sahel et de France, ont décidé de mettre sur pied un commandement conjoint Barkhane/G5 Sahel pour mieux traquer les djihadistes sur le terrain. Désormais, on combattra les terroristes ensemble et non chacun dans son coin, ce qui faisait naître certaines incompréhensions. Parallèlement, la France va envoyer 220 soldats supplémentaires pour grossier le contingent de Barkhane dont l'effectif est de 4.500 personnes. Les forces spéciales européennes sont, également, attendues aux côtés du G5 Sahel et de Barkhane dans les prochains mois. Ce changement de stratégie mettra-t-il les djihadistes en déroute ? Réponse dans quelques mois.