Vous êtes ici

Mandat d'arrêt

La justice sud-africaine a émis un mandat d'arrêt contre Grace Mugabe, l'épouse de l'ex-président zimbabwéen, Robert Mugabe, dans le cadre d'une affaire d'agression contre un mannequin sud-africain, à Johannesburg, en 2017, a annoncé la police, ce mercredi, 19 décembre. Au moment des faits, elle était la première dame du Zimbabwe, ce qui avait permis un traitement de faveur de cette affaire malgré le tollé que cela suscitait dans l'opinion sud-africaine. Aujourd'hui, rien ne s'oppose plus à l'interpellation de Grace Mugabe, sauf si elle bénéficiait de la couverture du pouvoir d'Emmerson Mnangagwa.

Depuis que le général-major, Pierre Buyoya, est devenu une personnalité recommandable au point de travailler pour la paix pour le compte des Nations-Unies ou de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), il aurait bien souhaité que la page de sa vie d'ancien putschiste soit, complètement, effacée de sa biographie. Que non ! Le major a été un distingué déstabilisateur de son pays, le Burundi, pendant plusieurs années. Sa soif pour le pouvoir a causé la mort de beaucoup de Burundais. Maintenant que le petit despote de Bujumbura, Pierre Nkurunziza, le lui rappelle, il pique une crise hystérique, comme si le pouvoir de Bujumbura avait travesti la vérité. Doublement que non ! Le major, aujourd'hui, est, toujours, en costume cravate bien soigné. Il est devenu un faiseur de paix. Excellente reconversion après avoir participé à la mort de 300.000 Burundais. Malheureusement, pour lui, Nkurunziza n'est pas d'accord.

Après le Nigeria dont les nouvelles autorités sont en train de poursuivre au tribunal l'ancien président, Goodluck Jonathan, et son ex-ministre du Pétrole, Diezani Alison-Madueke, réfugiée, à Londres, pour l'obtention de gros pots de vin dans des affaires d'attribution de permis pétroliers, c'est un autre pays anglophone du continent qui se distingue dans la lutte contre la corruption. Depuis, lundi, 31 juillet, en effet, les autorités du Malawi ont lancé un mandat d'arrêt contre l'ancienne présidente de la République, Joyce Banda, impliquée dans un gigantesque scandale de corruption dit du « Cashgate ».