Vous êtes ici

Martin Fayulu en colère.

Le miracle attendu par Martin Fayulu et ses amis, n'a pas eu lieu. La Cour constitutionnelle congolaise a proclamé, dimanche, 20 janvier, Félix Tshisekedi, président de la République. Martin Fayulu, dont le recours a été rejeté, appelle à "ne pas reconnaître un pouvoir qui n'a ni légitimité ni qualité légale". C'est une rhétorique qu'on a souvent entendu ailleurs, en Afrique, et qui ne peut déboucher sur rien. Martin Fayulu doit se comporter en homme d'Etat et prendre date pour l'avenir : vainqueur selon les décomptes de la CENCO (Conférence épiscopale nationale congolaise) et des observateurs neutres, et non par ceux de la CENI qui est l'organe officiel des élections, il doit appeler à la paix et accepter la main tendue de Félix Tshisekedi. Tous deux étant issus de l'opposition, il leur appartient de mettre de côté leurs égos personnels et trouver un terrain d'entente pour travailler ensemble à l'avancement de la RDCongo.