Maurice Kamto

Maurice Kamto, l'un des principaux opposants à Paul Biya au Cameroun, a annoncé, lundi, 25 novembre, lors d'une conférence de presse, que son parti, le MRC, ne participerait pas aux élections municipales et législatives prévues le 9 février prochain. C'est le désarroi total dans son camp où sa décision a pris tous les militants de court alors que les candidats MRC aux législatives et municipales, se démenaient pour déposer, avant lundi minuit, comme l'indique la loi, les dossiers complets afin de concourir. Maurice Kamto, qui pensait devenir président du Cameroun, en octobre 2018, avec la bénédiction de ses mentors américains et français, se rend compte que faire de la politique (non pas sur les plateaux de télévision) mais sur le terrain, est un art bien difficile que donner des leçons de droit (qu'on ne s'applique pas à soi-même) à des étudiants. Pour dramatiser sa très mauvaise décision de ne pas aller aux élections, il a avancé qu'il aurait appris de source sûre que le pouvoir en place comptait l'assassiner, lui, et deux de ses lieutenants, Albert Ndzongang et l'économiste, Penda Ekoka. Du bluff !

L'opposant camerounais, Maurice Kamto, arrêté, lundi, 28 janvier, soir, après des manifestations (sauvages) non autorisées de son parti, va faire l'objet d'une enquête, notamment, pour "rébellion" et "incitation à l'insurrection". C'est le moins qu'on puisse dire car Kamto avait prémédité son coup. De retour d'un voyage hors du Cameroun, il avait annoncé, il y a quelques jours, qu'il allait entreprendre de fortes actions de contestation, dès le 26 janvier, pour protester contre le hold up électoral dont il dit avoir été victime lors de la présidentielle d'octobre. De la parole aux actes, il a lancé des mots d'ordre qui ont abouti au saccage des représentations diplomatiques du Cameroun à Paris et à Berlin. On se demande si c'est de cette façon qu'il compte ravir le pouvoir à Paul Biya, qui, lui trône, tranquillement, à Etoudi (Yaoundé). Les deux ambassades vont rester fermées pendant plusieurs semaines outre le fait que la perte d'importants dossiers est à déplorer.

On ne peut pas avoir enseigné le droit à plusieurs générations de Camerounais et bafouer soi-même ce droit. En annonçant sa victoire (« J’ai reçu mission de tirer le penalty, je l’ai tiré et je l’ai marqué ») avant la proclamation des résultats d’abord par Elecam (Elections Cameroun), ensuite, par le Conseil constitutionnel camerounais dont les décisions sont sans appel comme en France, Maurice Kamto piétine en effet les lois de son pays et se comporte, par la même occasion, comme un hors-la-loi.