Monde

Locataire de l'Elysée depuis mai 2017, Emmanuel Macron tient sa réunion internationale : Le Forum de Paris pour la Paix est organisé, tous les ans. Du moins, le temps de son séjour à l'Elysée. Du 12 au 13 novembre 2019, il en est à la tenue de sa deuxième édition, en attendant la troisième en 2020 et la quatrième en 2021. La cinquième ? Il faudra qu'il se fasse réélire en mai 2022, sinon, son successeur pourra, purement et simplement, confiner ce Forum dans le registre des oubliettes. Car, même s'il est convoqué par le président d'une puissance mondiale, membre permanent du Conseil de sécurité des Nations-Unies, le Forum de Paris pour la Paix doit, absolument, montrer son utilité pour perdurer, et convaincre, que les participants invités ne viennent pas à Paris pour faire du tourisme.

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme va tenter, jeudi, 10 octobre, de collecter 14 milliards de dollars, à Lyon, en France, pour financer ses actions. C'est un objectif à atteindre pour venir à bout de ces épidémies d'ici à 2030.

Absence de "gène gay", influence du vécu... Une nouvelle étude se penche sur ce qui détermine l'orientation sexuelle. Comme être petit ou grand, ou plus ou moins intelligent, le fait d'aimer les hommes ou les femmes n'est pas défini par un seul gène, mais, par de multiples régions du génome et, comme tout caractère humain complexe, par d'insaisissables facteurs non génétiques. L'étude n'aborde pas le côté mystico-fétichiste. Car, dans certaines sociétés, y compris en Afrique, certains rites magiques imposent des pénétrations annales. Tout comme la volonté de réussir dans la vie sans fournir des efforts nécessaires, peut entraîner la personne à s'adonner à de telles pratiques : promotion canapé (version annale), intégration dans des cercles ou réseaux d'influence où on demande de livrer son derrière (rançon du "succès"), etc...

Le Saint-Père semble prendre - enfin - les choses en main, en obligeant, désormais, le clergé à signaler à l'Eglise les abus sexuels qu'ils soient de la pédophilie, de l'homosexualité ou de l'adultère des membres du clergé. Si l'attention, ces derniers temps, a été portée sur la seule pédophilie (parce qu'il s'agit des enfants), le Vatican reconnaît que l'homosexualité et l'adultère des membres du clergé sont tout aussi répréhensibles et condamnables, et donc, doivent être signalés comme abus sexuels à l'Eglise. C'est une invite sans précédent dans l'église catholique où beaucoup de membres du clergé, à défaut d'avoir une femme ou un homme comme leurs fidèles, préfèrent se réfugier dans l'homosexualité avec des adultes consentants du même sexe. Le Saint-Père considère une telle déviance comme un péché grave. C'est aussi un péché quand le prêtre commet l'adultère car il ne doit approcher la femme que pour sauver son âme. Mais, de nos jours, et sans se soucier des qu'en dira-t-on, les prêtres font et élèvent des enfants, parfois, au vu et au su de leurs fidèles. Des cas courants qu'on rencontre, malheureusement, et, régulièrement, en Afrique, le continent de tous les paradoxes.

L'espérance de vie dans le monde a augmenté de 5 ans et demi entre les années 2000 et 2016, a indiqué, jeudi, 4 avril, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), soulignant que les inégalités entre pays riches et pays pauvres persistaient.

La vengeance est un plat qui se mange froid. Tué par une descente, en pleine nuit, des Services américains dans sa résidence pakistanaise d'Abbottabad, Oussama Ben Laden a laissé un héritage qui veut lui survivre. En effet, son fils préféré (car il avait plusieurs épouses et plusieurs enfants), Hamza Ben Laden, s'organise pour relancer la machine terroriste laissée par son père. Première cible visée : les Etats-Unis, ce qui pousse le gouvernement américain à réagir en proposant un million de dollars à toute personne qui lui donnerait des informations fiables sur ce jeune prodige du terrorisme.

Ce numéro 466-467 de juillet-août 2018 sera chez les marchands de journaux à partir du samedi, 21 juillet. Il vous propose une longue interview du président des Comores, Azali Assoumani, sur les raisons du référendum pour modifier la constitution qu'il organisera le 30 juillet. D'autre part, la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest) et la CEEAC (Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale) se retrouveront, aussi, en Sommet, le 30 juillet, à Lomé, pour parler de la lutte contre le terrorisme, sous les auspices des présidents togolais, Faure Gnassingbé et gabonais, Ali Bongo Ondimba. Dans une interview à lire dans le présent numéro, le chef de la diplomatie togolaise, le professeur, Robert Dussey, situe les enjeux de cet important Sommet. A trouver aussi dans ce numéro 466-467 beaucoup d'autres articles dont voici le sommaire ci-dessous.

RSF et ses partenaires dévoilent la "Journalism Trust Initiative (JTI)", un dispositif d’autorégulation des médias visant à lutter contre la désinformation en ligne. La Journalism Trust Initiative (JTI) a été lancée par Reporters sans frontières (RSF) et ses partenaires, l'Agence France-Presse (AFP), l'Union européenne de radio-télévision (UER) et le Global Editors Network (GEN).

La récente révélation de ventes de migrants africains à Tripoli n'est pas un cas isolé : plus de 40 millions de personnes dans le monde, dont un quart d'enfants, sont, actuellement, réduits en esclavage, selon une étude menée en 2016. En 2003, Afrique Education avait lancé une rubrique bimensuelle alimentée, essentiellement, par les associations négro-mauritaniennes pour dénoncer l'esclavage et le racisme anti-noir qui sont pratiqués en Mauritanie. Ce mouvement avait conduit à la chute du colonel-président, Maaouiya Ould Sid Ahmed Taya, en août 2005, ce qui avait conduit le magazine à supprimer cette rubrique, l'objectif ayant été atteint. D'autre part, le successeur du colonel Taya, le général, Ely Ould Mohamed Vall, s'était montré homme de bonne volonté, qui, contrairement, à son prédécesseur, avait prôné la fin de cette pratique, une fois arrivé au pouvoir. Mais, force est de reconnaître que sous le général-président, Mohamed Ould Abdel Aziz, cette pratique est revenue en force, parfois, avec la complicité des autorités. Il faut, donc, à nouveau, se mobiliser. D'autant plus que la Libye, aujourd'hui, vient de nous démontrer que l'esclavage est capable de naître là où il n'existait pas, il y a quelques années, et qu'il faut une vigilance de tous les instants.