Vous êtes ici

Négociations difficiles

Contrairement au communiqué triomphant du gouvernement au lendemain de la fin de la mission du FMI, en avril, au Congo, la signature d'un accord qu'on espérait pour juin ou peu après, n'est pas pour demain. Le FMI est convaincu que Brazzaville n'a pas tout mis sur la table et que la situation qui lui a été présentée, est encore, très loin de la réalité. Il n'a pas tort de le croire.