Nouvelle constitution

Président du Burundi jusqu'en 2034, au moins, Pierre Nkurunziza a annoncé, jeudi, 7 juin, qu'il ne sera pas candidat à sa succession en 2020. C'est une surprise de taille pour ceux qui croient encore à sa parole dont la dévaluation est inversement proportionnelle à la catastrophique situation économique actuelle du Burundi. Le pays vient d'adopter une nouvelle constitution qui fait de lui un président à vie. Rien de moins. Une constitution qui est le fait de sa seule et unique volonté. Après l'avoir votée, de peur de coaliser les mécontentements sur le plan international, il commence à mentir, à nouveau. La seule chose qu'il sache faire. Car le mensonge est une spécialité de Pierre Nkurunziza, qui se dit, par ailleurs, pasteur de la secte religieuse « Born Again ». Il avait, déjà, trompé le Conseil de sécurité des Nations-Unies, qu'il n'allait pas se présenter pour un troisième mandat, en 2015. Mais, il s'est représenté malgré le tollé général suscité y compris dans son propre parti, le CNDD-FDD, et a signé sa réélection au terme d'une parodie d'élection qui ne laissa aucune chance à aucun de ses adversaires. Nkurunziza est un très (très) gros menteur  à ne jamais prendre au sérieux.

Après avoir scellé une alliance avec le président soudanais, le général, Omar el-Béchir, d'où partaient les rébellions pour attaquer N'Djamena, Idriss Déby Itno dispose, maintenant, du peuple tchadien comme il l'entend. Et il ne s'en prive pas. A trois ans de la fin de son mandat, il a changé la constitution pour s'octroyer les pleins pouvoirs indignes d'une République qui se veut moderne. C'est avec raison qu'on l'appelle « Le Sultan » car le Tchad, après l'adoption de cette constitution qui supprime même le poste de premier ministre (qui ne disposait d'aucun pouvoir), n'est plus une République. C'est un royaume, pire, un sultanat, où tout, en théorie, lui appartient. Le sultan Itno ne rend compte à personne, sinon, à sa seule sagesse. Le système politique tchadien, c'est Dieu qui règne dans les cieux, tandis que le sultan Itno règne sur le Tchad.

L'avant-projet de la nouvelle Constitution ivoirienne adopté par le gouvernement et qui sera soumis à l'examen du Parlement, mercredi, 5 octobre, présente des zones d'ombre sur les conditions d'éligibilité à la présidence de la République dont l'abstraction de la limite d'âge. La question commence à se poser : Alassane Ouattara rêve-t-il, secrètement, de briguer un troisième mandat ?

Des partis de l'opposition dont le Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, ont lancé, samedi, 17 septembre, à Abidjan, une campagne de mobilisation contre la nouvelle Constitution voulue par le président, Alassane Ouattara. Grave !

Un collectif de 15 ONG ivoiriennes et internationales a appelé au report du référendum sur la nouvelle Constitution voulue par le président, Alassane Ouattara, et prévu pour la fin du mois d'octobre. Visiblement, le pays se divise sur quelque chose qui a été pensée pour l'unir et le souder. Que va faire, finalement, Alassane Ouattara ?

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a annoncé, samedi, 6 août, la création d’un poste de vice-président et d’un sénat dans le cadre de la nouvelle Constitution qui sera soumise à référendum à la fin du mois d’octobre.

Il ne s'agit pas d'une réforme constitutionnelle destinée à faire cogner les têtes entre Ivoiriens. Réélu l'année dernière, Alassane Ouattara effectue son dernier mandat, à la tête du pays. Il l'a dit et redit aux côtés d'Ellen Johnson Sirleaf, la présidente du Liberia, en 2015, en présence des chefs traditionnels de Côte d'Ivoire, venus nombreux leur demander de rempiler. La réforme envisagée a pour but de stabiliser encore plus la Côte d'Ivoire.