Otan

Emmanuel Macron recevait, à l'Elysée, ce jeudi, 28 novembre 2019, le secrétaire général de l'OTAN ( Organisation du traité Atlantique Nord), Jens Stoltenberg. Le président de la République avait estimé, récemment, que l'OTAN était en « état de mort cérébrale ». La rencontre était l'occasion de passer en revue plusieurs questions stratégiques : l'action au Sahel, les relations avec la Russie, les forces nucléaires... et la 5G. Cela tombe bien que Macron lui parle du Sahel car pour faire tomber Kadhafi, en 2011, et détruire la Libye, ce qui a permis que les dizaines de milliers de djihadistes confinés de force en Libye se retrouvent dans le Sahel avec toutes sortes d'armes, la France n'était pas seule. Elle fut, étroitement, aidée par l'OTAN. Maintenant que la guerre contre le djihadisme dans le Sahel dépasse la seule armée française, il est très logique que le président français aille chercher du renfort du côté de l'OTAN.

L'OTAN (Organisation du Traité Atlantique Nord) "ne veut pas d'une nouvelle course aux armements" ou "d'une nouvelle Guerre Froide" avec la Russie, mais, elle saura se défendre si nécessaire, a déclaré, mercredi, 3 avril, son chef à l'occasion du 70e anniversaire de l'Alliance.

La France vient d’être la cible d’un nouvel attentat terroriste, à trois jours du premier tour de l’élection présidentielle. Pour Thierry Meyssan, Paris doit cesser de raconter des sornettes et prendre la mesure des événements : le terrorisme international est commandité et instrumenté jusque contre lui par certains de ses alliés au sein de l’Otan.

Ce qu'on redoutait est en train de se réaliser, sans vraiment faire réagir personne. Chassés par les bombardements des avions russes qui soutiennent l'offensive terrestre de l'armée régulière syrienne de Bashar al-Assad, les combattants de l'Etat islamique (EI ou Daesh) n'ont qu'un seul (vrai) terrain de repli : la Libye.

Après l'Irak et la Syrie, la Libye est le troisième pays où les Occidentaux vont intervenir. Quand et comment ? Ce n'est plus une hypothèse, mais, une certitude. Rome va coordonner l'opération sous la supervision de Oncle Sam.

Syrie: Chine/Russie s'unissent-elles contre l'OTAN ?
Outre le levier économique pour renforcer son poids sur le plan international, la Chine est déterminée à entrer dans une phase politico-militaire ; l'accostage du premier navire porte-avion chinois dans les eaux riveraines de la Syrie en est la preuve.