Pays ACP

Les négociations en vue du renouvellement de l'Accord ACP-UE se poursuivent lentement mais sûrement. A la suite des récentes consultations au niveau régional avec les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), les négociateurs en chef, le commissaire européen, Neven Mimica, et le ministre togolais des Affaires étrangères et négociateur en chef côté ACP, le professeur, Robert Dussey, se sont réunis, jeudi, 23 mai, à Bruxelles, pour discuter des grandes lignes du futur accord ACP-UE. On commence, donc, à entrevoir la forme du futur Accord même s'il est prématuré d'en parler au stade actuel des négociations.

Vendredi, 3 mai, à Mbabane, en Eswatini, les négociateurs en chef Neven Mimica (pour l'Union européenne) et Robert Dussey (pour les ACP), ont rencontré les ministres africains pour discuter du pilier «Afrique» du futur partenariat entre l'UE et 79 pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Les élections européennes ayant lieu, du 23 au 26 mai, c'est le parlement européen renouvelé qui aura à connaître du projet du nouvel Accord, actuellement, en négociation. On peut, donc, envisager la signature du Nouvel Accord avant la fin de cette année ou au premier trimestre de l'année 2020.

Les négociations en vue du lancement de la future Convention ACP-UE, en 2020, ont, déjà, démarré. Le secrétaire général du Groupe des pays ACP (Afrique Caraïbes et Pacifique), Dr Patrick I. Gomes, situe les enjeux de ce partenariat qu'il souhaite gagnant-gagnant.