Perte de mémoire

Ce 5 septembre, matin, on compte pas moins de sept morts du fait des attaques xénophobes, dans la région de Johannesburg. Cette situation plus ou moins encouragée (sinon largement tolérée par les tenants du pouvoir sud-africain) a déclenché des représailles contre les Sud-Africains résidant dans certains pays africains, notamment, au Nigeria, où la multinationale sud-africaine, MTN, après avoir enregistré l'incendie d'une de ses agences, a fermé toutes les autres dans le pays, afin d'éviter leur saccage. La colère est, donc, au maximum d'autant plus que ce n'est pas la première fois qu'une telle fièvre de xénophobie survient dans le pays de Nelson Mandela. Les autorités au pouvoir ainsi que l'ANC sont complices et largement responsables de cette fâcheuse situation.