Vous êtes ici

Présidentielle

Derniers bains de foule pour les 33 candidats à l'élection présidentielle au Bénin, où la campagne a pris fin, vendredi, 4 mars, à minuit, sur fond d'inquiétude quant à la distribution des cartes d'électeurs en vue du vote dimanche.

Le dépouillement des bulletins a commencé, dimanche, 21 février, à Niamey, après un vote sans incident pour le premier tour de la présidentielle au Niger, le chef d'Etat sortant Mahamadou Issoufou briguant un deuxième quinquennat face à une opposition qui agite le spectre de la fraude.

La campagne présidentielle commence avant l'heure. Du côté du pouvoir comme de l'opposition. En réalité, les Gabonais éludent les questions qui fâchent et ils ne sont pas courageux pour crever l'abcès, qui paralyse le bon fonctionnement du pays.

Est-il vrai que le Gabon s'achemine, dans quelques mois, vers une présidentielle que d'aucuns considéraient, hier, comme étant de tous les dangers pour le titulaire du poste ? Aujourd'hui, il n'en est rien et ce serait même bénéfique pour le pouvoir actuel d'organiser une présidentielle anticipée.

Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, se présente comme un bon démocrate, hors du Niger, alors qu'il est un dictateur dont l'espèce semblait avoir disparu avec le parti unique. Pour preuve, les journalistes nigériens, eux aussi, commencent à lui tourner le dos.

A la fin d'une tournée européenne qui l'a conduit, successivement, en Suisse, en Belgique et en France, le directeur de campagne du candidat, Martin Ziguélé, s'est confié à Afrique Education.com

Technocrate brillantissime, très proche du pouvoir socialiste français, Lionel Zinsou, pour séduire, les Béninois, devra leur démontrer qu'il est d'abord et avant tout un Béninois, et non, l'homme de la France au Bénin. Ce ne sera pas une partie de plaisir.

Mariam Sankara, la veuve de Thomas, arrivera, dimanche, 22 novembre, à Ouagadougou, pour participer à la dernière semaine de campagne du candidat, Bénéwendé Stanislas Sankara.

Pas de référence à la religion et à l'ethnie, sinon, on reçoit les foudres des gardiens de l'orthodoxie électorale, à savoir, le Conseil national de transition, le Balai citoyen, et d'autres.

Alors qu'elle était vertement critiquée par l'opposition, la CEI (Commission électorale indépendante) reçoit, de partout, les félicitations pour la bonne organisation de la présidentielle.

A quelques heures du scrutin, la stratégie de boycott est, encore, prônée par certains Ivoiriens qui pensent que les dés sont, déjà, jetés.

Après quelques difficultés surmontées par le dynamique peuple burkinabé, la transition au Faso poursuit son bonhomme de chemin. Il n'y a plus de nuage à l'horizon avant la présidentielle.

La date des élections étant désormais connue, les successeurs potentiels de Blaise Compaoré auront, maintenant, 44 jours pour convaincre.

Visiblement, il y a de la gêne du côté des observateurs. Si l'observation de la CEDEAO ne trouble pas le sommeil du président sortant, Alpha Condé, on ne comprend plus la dialectique et les contorsions du chef de l'Union européenne.

PRESIDENTIELLE EN GUINEE : Ce qui devait arriver arriva

Alpha Condé, le président sortant, est en train de faire fort. Très fort même. Alors qu'il est ultra-minoritaire dans le pays, il est en train de vouloir s'octroyer une victoire par K O au premier tour, comme annonçaient ses partisans.

PRESIDENTIELLE EN GUINEE : Avec un minimum de transparence, Alpha Condé sera (nettement) battu
Une élection présidentielle avec 8 candidats (décidés) dont le président sortant qui présente un bilan bien médiocre même s'il rend Ebola responsable de tous les maux d'Israël. Une certitude : c'est très aventureux de l'annoncer gagnant.
PRESIDENTIELLE EN GUINEE : L'opposition redoute la fraude orchestrée par Alpha Condé
Alpha Condé voudrait frauder à la présidentielle du 11 octobre. Les 7 candidats de l'opposition font bloc pour l'y empêcher. Ambiance.
COTE D'IVOIRE : Le FPI dénonce une situation d'insécurité avant la présidentielle
Pascal Affi N'Guessan, président du FPI, redoute d'aller faire campagne dans certaines zones du pays à cause de l'insécurité qui continue d'y régner et contre laquelle l'Etat de Côte d'Ivoire est impuissant.
BURKINA FASO : Tous les pro-Compaoré exclus de la présidentielle
La transition a réussi à éliminer tous les candidats pro-Compaoré de la prochaine élection présidentielle. Le « compaorisme » risque de n'être qu'une curiosité pour les historiens au Faso dans quelques années.
Premier enseignement de ce sondage : Blaise Compaoré et son parti, le CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès), sont, totalement, disqualifiés par les électeurs.

Pages