Responsabilité de la France.

Au Burkina Faso, un camion de transport a sauté, dimanche, 8 septembre, sur un engin explosif improvisé dans la province du Sanmatenga. Une autre attaque a visé un convoi de vivres sur l'axe Dablo-Kelbo, à une cinquantaine de kilomètres de Barsalogho. Bilan total : 29 morts tous des civils. Cette tuerie massive qui survient au lendemain de la condamnation des généraux, Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, n'est-elle pas un message au pouvoir du président, Roch Marc Christian Kaboré, à savoir, les djihadistes ne sont pas d'accord du verdict et le feront savoir, par les moyens qui leur sont propres, c'est-à-dire, des assassinats des militaires et même des civils jusqu'à ce que le pouvoir entende raison ?