RHDP

Epître aux caciques du PDCI. C'est un courrier que notre frère, le professeur, Jean-Claude Djereke, écrit aux responsables de ce parti septuagénaire, afin qu'ils sachent prendre leurs responsabilités historiques. Content que le PDCI a tenu tête à l'ogre (au pouvoir) en refusant d'intégrer le nouveau parti, RHDP, il est, totalement, déçu que le même PDCI n'ait pas été capable de boycotter les élections du 13 octobre alors qu'il est conscient qu'avec cette Commission électorale Pro-RDR (contrairement aux promesses de l'ogre de la réformer), il va tout droit à l'abattoir.

Le président de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, va-t-il mettre sa menace à exécution ? Après avoir indiqué à qui voulait l'entendre qu'il demandait la fin des querelles au sein de la grande famille houphouétiste du RHDP, mais aussi, la mise en place d'un « parti unifié » avant la présidentielle, sinon, il se réservait la possibilité de briguer un troisième mandat, la nouvelle constitution lui donnant cette possibilité, le PDCI que préside son aîné, Henri Konan Bédié ne s'en est pas laissé décontenancer. Pour preuve, il a rejeté, dimanche, 17 juin, la mise en place d'"un parti unifié" avant la présidentielle de 2020, créant une véritable situation de défiance à l'endroit du chef de l'Etat ivoirien, Alassane Ouattara.

C'est le dernier combat du président Henri Konan Bédié. Le combat de sa vie. Après avoir perdu le pouvoir, en décembre 1999, de la façon dont tout le monde sait, il organise, avec intelligence et méthode, le retour du PDCI (Parti démocratique de Côte d'Ivoire) au pouvoir, après avoir rempli toutes ses obligations à l'endroit du parti allié, le RDR (Rassemblement des républicains) de son jeune frère, le président, Alassane Ouattara. A deux reprises, il a assuré sa victoire à la tête de l'Etat. Qui dit mieux ? Cette fois, c'est le PDCI qui devrait bénéficier du retour de l'ascenseur. Toutefois, il faut dire que les relations avec certains caciques du RDR ne sont pas simples. C'est, donc, au président de la République de raisonner ses partisans au sein du RDR pour que le RHDP conserve le pouvoir.

En 2010, Alassane Ouattara, qui voulait le soutien du PDCI d'Henri Konan Bédié, jurait qu'il allait faire un seul et unique mandat de 5 ans, à la tête de la Côte d'Ivoire. Mais, l'appétit venant en mangeant, il a changé d'avis, dès la fin de la deuxième année de son mandat et a commencé à réclamer un deuxième mandat de 5 ans pour « terminer ses chantiers ». Dans trois ans, il devra quitter le pouvoir, après y avoir passé 10 ans. Sauf s'il change, à nouveau, d'avis. Ce n'est pas impossible. Voilà sans doute pourquoi, sans attendre, celui qui attend depuis longtemps, Henri Konan Bédié, a commencé à lui rappeler qu'en 2020, ce sera le tour du PDCI d'accéder au pouvoir. Du coup, la présidence ivoirienne ressemble à un tour de passe-passe, ce qui ne réjouit pas tous les Ivoiriens.

Alassane Ouattara n'a fait que du Alassane Ouattara : rouler son aîné Henri Konan Bédié dans la farine. Il a attendu son deuxième et dernier mandat pour sortir le grand jeu. Après avoir montré son vrai visage à Mabri Toikeusse et Gnaniem Konan en les excluant (autoritairement) du RHDP (dont le président est Henri Konan Bédié), ainsi que, leurs formations politiques, il passe, aujourd'hui, à la vitesse supérieure devant un Henri Konan Bédié, totalement, politiquement, affaibli. Ce dernier était resté sourd, muet, aveugle, dans le passé, aux appels à la vigilance lancés par certains de ses cadres face au double visage du président de la République que tout le monde connaît. Bédié, en tout bon naïf, est en train de se faire avoir pour la deuxième fois par Ouattara, la première fois, c'est quand ce dernier l'avait, doctement, chassé du pouvoir en décembre 1999 par un coup d'état militaire, avant d'installer, provisoirement, à sa place, le général, Robert Gueï, qui venait de nulle part. Un pouvoir que Bédié cherche, toujours et encore, à reconquérir, de son vivant, alors que l'alternance en 2020, vu le comportement de son allié Ouattara, n'est pas à l'ordre du jour pour le PDCI-RDA. On peut se demander si Henri Konan Bédié est, réellement, le président qu'il faut au PDCI-RDA de Félix Houphouët-Boigny ?

Très très long à l'allumage, le président du PDCI, Henri Konan Bédié, vient, enfin, de sortir de sa réserve, en annonçant la candidature (qu'il neige ou qu'il vente), d'un membre de son parti, à l'élection présidentielle de 2020, qu'il y ait eu entente au sein du RHDP ou non. Si les militants de la vieille dame cinquantenaire peuvent pousser un gros Ouf de soulagement, le Maradona du paysage politique ivoirien (Alassane Ouattara) qui a pris pour habitude de dribbler tout le monde et de marquer les buts qui profitent à son seul parti, le RDR, a, très vite, botté en touche : pour lui, « 2020 c'est dans trois ans », donc, il ferme la parenthèse. Traduisez en langage dioula : je ne suis pas d'accord, étant en train de préparer mon candidat RDR que les Ivoiriens connaissent déjà.

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, qui doit faire face à des frondeurs au sein de son propre camp, vise "une forte majorité au parlement" aux législatives du 18 décembre, dont la campagne a débuté ce samedi, 10 décembre.