Suppression de la primature.

Les députés sénégalais ont adopté, samedi, 4 mai, la révision de la constitution devant mener à la suppression du poste de premier ministre. Cette initiative du pouvoir est dénoncée par l'opposition et la société civile, qui soutiennent qu'elle ne transparaissait pas dans le programme du candidat, Macky Sall, pendant sa campagne de réélection.