Trois Morts

La crise des rebelles démobilisés vire au drame. Ce mardi, 23 mai, matin, on a compté trois morts dans leurs rangs après un assaut des forces loyalistes. Les démobilisés qui disent être des « personnes aux mains nues qui manifestaient » sans armes, crient au scandale. C'est une tournure dans cette crise : entre la fermeté prônée par le gouvernement et la justice et l'équité réclamées par les démobilisés. La Côte d'Ivoire retient son souffle.

Plus de deux semaines après le début des violences post-électorales meurtrières, qui ont secoué le Gabon, des familles continuent leur quête macabre et angoissée de proches, qui n'ont plus donné signe de vie. Parmi les disparus sans nouvelles, quelques Franco-Gabonais.