UNESCO

Voilà au moins un sujet qui unit les pays du Maghreb, et singulièrement, les Algériens dont certains soutiennent le pouvoir en place tandis que d'autres manifestent pour le départ d'Abdelaziz Bouteflika et de tout le système en place. L'unité politique tant recherchée et jamais trouvée au sein de l'Union du Maghreb arabe (UMA), se manifeste, aujourd'hui, sur le plan culturel, et plus précisément, de la gastronomie, à propos du « couscous », communément, appelé « couscous algérien ». Et si les merveilles de la table pouvaient unir les hommes ?

Le Comité du Patrimoine mondial se réunit, dimanche, 24 juin, à Bahreïn, pour choisir les nouveaux sites qui intégreront la Liste du patrimoine universel de l'Unesco, bénéficiant, ainsi, d'une image prisée.

L'Afrique attendait une Egyptienne, au pire, un Qatari. Pourtant, ce ne sera ni l'une ni l'autre. La Française, Audrey Azoulay, sera la prochaine directrice générale de l'Unesco, après la tenue de la grand-messe de ce mois de novembre, qui regroupera les 195 pays de l'organisation. Bien huilée, la diplomatie française a eu raison de la lourdeur bureaucratique africaine et du tiroir-caisse qatari. Dans le numéro 458 du mois de novembre d'Afrique Education, qui sera dès vendredi, 3 novembre, chez les marchands de journaux, le lecteur pourra relever les grands défis auxquels Audrey Azoulay aura à faire face pendant sa présence à la direction générale de l'Unesco.

Les 58 membres du Conseil exécutif de l'UNESCO ont proposé la Française, Audrey Azoulay, au poste de directrice générale de l'Organisation. Elle a devancé l'Egyptienne, Moushira Khattab, qui a fait une campagne à l'ancienne, comme au 19e siècle, et le Qatari, Hamad bin Abdulaziz Al-Kawari, qui traînait une fâcheuse réputation de ressortissant d'un pays considéré comme l'un des principaux bailleurs de fonds du djihadisme dans le monde. L'Unesco ne donnera donc pas la possibilité au Qatar de blanchir ses multiples forfaits dans ce domaine, qui coûtent trop cher aux pays africains où le terrorisme provoque des dégâts hors normes.

Le Conseil exécutif de l'UNESCO va désigner un nouveau directeur général pour l'Organisation au cours de sa 202e session. Les 58 membres du Conseil exécutif de l'UNESCO tiendront leur 202e session, à Paris, du 4 au 18 octobre, au siège de l'Organisation, sous la présidence de Michael Worbs, ambassadeur d'Allemagne auprès de l'UNESCO.

La directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a annoncé les lauréats du Prix international UNESCO-Guinée équatoriale pour la recherche en sciences de la vie, prix communément appelé « Prix Unesco/Obiang Nguéma pour la recherche en sciences de la vie, dont le promoteur est l'actuel président de la Guinée équatoriale. Sur les trois lauréats désignés par un jury pluridisciplinaire venant de différentes régions du monde, on ne compte, cette année, aucun Africain. Chaque lauréat recevra la somme de 100.000 dollars pour poursuivre ses recherches.

Les lauréats du Prix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix 2017 de l'Unesco, s'appellent, Giuseppina Nicolini, l'ancienne maire de Lampedusa, et les co-fondateurs de l'association SOS Méditerranée. Le Prix va leur être alloué, en présence du président, Alassane Ouattara et du protecteur du Prix et ancien président, Henri Konan Bédié. La cérémonie sera présidée, pour la dernière fois, par la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, en poste jusqu'à la fin de cette année.

« La paix c'est préférer les bulletins de vote aux balles, les arguments aux armes, la démocratie à la violence », a déclaré, vendredi, 23 juin, le président colombien, Juan Manuel Santos, dans un discours de grande portée, prononcé devant les ambassadeurs des Etats membres auprès de l'Unesco, et de nombreuses autres personnalités. Des vérités qui ont dû déranger.

Contrairement à ce qu'on aurait pu croire, la solution à la réduction de moitié de la pauvreté, ne vient pas de la Banque mondiale, encore moins, du Fonds monétaire international, de la FAO, ni même du PNUD. Cette solution-miracle vient de l'Unesco.

L'éducation et la formation ne font plus recette.Pour preuve, le montant de l'aide allouée à l'éducation, au niveau de l'Unesco (Organisation des Nations-Unies pour l'éducation la science et la culture) est en baisse permanente et constante, depuis six ans. Sans que cela n'émeuve personne. Un document publié par l'équipe du Rapport mondial de suivi sur l'éducation (GEM) de l'UNESCO intitulé « Aid to education is stagnating and not going to countries most in need », décrit ce phénomène amplement et souligne, par ailleurs, que L'aide à l'éducation ne va pas vers les pays qui en ont le plus besoin. Notamment, en Afrique.

L'Unesco dirigée (jusqu'en novembre prochain) par la Bulgare, Irina Bokova, avait mené une guerre sans merci de plusieurs années contre l'adoption du Prix pour la science initié par le président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. Le prétexte du refus d'inscrire ce Prix sur la liste des distinctions de l'Unesco était fallacieux : « Obiang est un dictateur ». L'argent consacré au financement de ce Prix peut aider la jeunesse de son pays, criaient les pourfendeurs du Prix Obiang. Dans un mouvement d'ensemble, les 54 pays africains, dans le cadre de l'Union africaine, s'étaient mobilisés pour forcer la directrice générale à respecter la volonté populaire. L'Unesco, selon certains observateurs, voulaient confiner l'Afrique à des prix de seconde zone, du genre « droits de l'homme », « arts et musique », « lettres et poésie », etc., la science et la technique, restant du ressort de l'Occident.

Quinze jeunes chercheuses exceptionnelles, sélectionnées parmi plus de 250 candidates dans le cadre de la 19e édition du Prix L'Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science, vont recevoir la bourse des Jeunes talents prometteurs internationaux. Deux Africaines font partie des 15 heureuses élues.

Malgré les efforts déployés depuis des années pour tenter de faire reculer les violences visant des lieux ou des personnes juives, l'antisémitisme continue de prospérer. D'où la table-ronde de l'Unesco pour mieux appréhender le phénomène et y trouver des solutions.

Cinquante-cinq sites sur 1.052 biens dans le monde figurent, actuellement, sur la liste du patrimoine mondial "en péril" de l'Unesco.

Une conférence internationale s'ouvre, ce vendredi, 2 décembre, à Abou Dhabi, pour mettre en place de nouveaux outils destinés à empêcher la répétition des destructions au bulldozer et au marteau-piqueur commises par des djihadistes sur des sites appartenant au patrimoine de l'humanité.

La culture de la bière en Belgique et la rumba cubaine sont entrées, mercredi, 30 novembre, au "patrimoine culturel immatériel" de l'humanité. La décision a été entérinée par le comité ad hoc de l'Unesco réuni à Addis-Abeba, en Ethiopie.

A l'occasion de la Journée mondiale de la philosophie, l'UNESCO (Organisation des Nations-Unies pour l'éducation la science et la culture) organisera une série d'événements, du 16 au 19 novembre, pour célébrer cette discipline en donnant à voir sa créativité et sa diversité. Point d'orgue de ces manifestations : une nuit entière consacrée à la philosophie au siège de l'Organisation le 18 novembre.

A l'occasion de la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition, la communauté internationale a célébré, mardi, 23 août, le courage des esclaves qui se sont révoltés, en 1791, en Haïti.

A l'occasion de la Journée internationale de sensibilisation à l'albinisme, l'UNESCO organisera, le 13 juin, au siège de l'Organisation (Salle II), un événement intitulé, « Vivre l'albinisme au quotidien », afin d'attirer l'attention sur cette particularité génétique héréditaire qui vaut aux personnes qui en sont atteintes d'être victimes de discrimination dans certains pays. A tort.

Pour la première fois, depuis sa création, l'Unesco (Organisation des Nations-Unies pour l'éducation, la science et la culture) a décerné deux Prix pour l'éducation des filles et des femmes. Il était temps. Une ONG zimbabwéenne est à l'honneur.