Vous êtes ici

Victoire aux législatives

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a assuré, dimanche, 12 mai, que son Congrès national africain (ANC) allait "tirer les leçons" de sa victoire en demi-teinte aux législatives du 8 mai et promis de créer des emplois, éradiquer la corruption et changer le parti. Il faut dire que l'ANC pâtit de la très mauvaise gouvernance de son ancien président, Jacob Zuma, qui, à la tête de l'Etat, s'était illustré dans de multiples affaires de corruption qui font de lui, aujourd'hui, un bon client de la justice sud-africaine. Il en est de même de plusieurs de ses anciens ministres, ainsi que, beaucoup de ses camarades de l'ANC. L'insouciance dont Zuma faisait preuve malgré la sonnette d'alarme qui était, régulièrement, tirée pour qu'il adopte un comportement rigoureux et prenne en compte le bien commun, montre qu'il avait pris parti pour son seul confort personnel et des siens au détriment du sacrifice consenti par un peuple, pour accéder à l'indépendance politique, économique et sociale.