Yambo Ouologuem

Mort le 15 octobre, à l'hôpital de Sévaré, dans le Centre du Mali, à l'âge de 77 ans, de suite d'une longue maladie, l'écrivain malien, Yambo Ouologuem, a produit des œuvres qui ont marqué la littérature négro-africaine, ce que salue, ici, le doyen, Olympe Bhêly-Quenum, à sa manière.

Ecrivain malien célèbre, Yambo Ouologuem, sur le plan de l'âge, venait juste après la génération des Mongo Beti, Camara Laye, Olympe Bhêly-Quenum (encore en vie et bien actif), Birago Diop, Léopold Sédar Senghor, et bien d'autres qui ont bercé notre jeunesse de leurs recueils de poèmes ou de nouvelles. Moins médiatique mais percutant, Yambo Ouologuem développait une pensée profonde. Comme tout bon malien qui se respecte. C'est ce refus des phares des projecteurs qui l'a, sans doute, poussé à mourir un peu dans l'anonymat alors qu'il demeure un classique de la littérature négro-africaine. Mort, dimanche, 15 octobre, à Sévaré, dans le Centre du Mali, afriqueeducation.com adresse ses condoléances les plus attristées à la grande famille des écrivains africains, au gouvernement malien, ainsi qu'à sa famille éplorée.