Vous êtes ici

TERRORISME : Washington craint une attaque contre ses intérêts en Afrique du Sud

L'ambassade américaine en Afrique du Sud est en alerte maximum, après avoir reçu des informations selon lesquelles des extrémistes projetteraient de viser les intérêts américains dans le pays. Washington prend très au sérieux ces menaces, ses ambassades à Nairobi, au Kenya, et à Dar es Salam, en Tanzanie, ayant, déjà, subi une attaque terroriste simultanée, le 7 août 1998. C'était trois ans avant le terrible 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

Les intérêts pouvant être ciblés sont les installations du gouvernement américain ainsi que d'autres installations liées aux intérêts américains, a indiqué l'ambassade dans un communiqué.

"Nous n'avons pas d'autres informations concernant la date ou encore la cible potentielle", a poursuivi le communiqué.

"Examinez vos plans de sécurité personnels ; restez vigilant et attentif face à votre environnement, surtout à l'occasion d'événements locaux ; surveillez les chaînes d'informations locales et suivez les instructions des autorités locales", a conseillé l'ambassade.

Les craintes concernant les attentats terroristes contre des cibles occidentales en Afrique du Sud existent depuis quelques temps. Des rumeurs circulent selon lesquelles la "Veuve Blanche", Samantha Lewthwaite, aurait été aperçue espionnant les ambassades occidentales en Afrique du Sud avant de devenir le cerveau présumé de l'attentat contre le centre commercial West Gate à Nairobi, au Kenya, où la police venait de déjouer, en début de semaine, une autre attaque probablement terroriste. En effet, trois Kenyans ont été appréhendés en possession d'un engin artisanal prêt à être activé, dans ce centre commercial de Nairobi, le plus grand d'Afrique de l'Est.

La Britannique, Samantha Lewthwaite, âgée, aujourd'hui, de 31 ans a séjourné en Afrique du Sud entre 2008 et 2011 en se faisant passer pour une certaine Natalie Faye Webb. Un détournement d'identité découvert après son séjour de découverte d'éventuelles cibles à attaquer. La mobilisation est donc au maximum de ce qu'elle peut être, en association avec les services de renseignement et de police sud-africains, jugés parmi les plus performants du continent.

En janvier et février 2013, elle aurait été filmée par les caméras d'une télévision chinoise, observant des ambassades dans la zone des Arcades à Pretoria, qui abrite notamment la résidence officielle du président sud-africain, l'ambassade américaine et d'autres ambassades étrangères.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.