BURKINA FASO : Diendéré ordonne la fin du désarmement du RSP, Zida réagit.

BURKINA FASO : Diendéré ordonne la fin du désarmement du RSP, Zida réagit.

Le processus de désarmement, né de l’accord entre l’armée loyaliste et les putschistes et décidé par la Conférence des chefs d’Etat de la CEDEAO tenue le 22 septembre 2015, se trouve dans une impasse depuis le dimanche, 27 septembre 2015. Celui-ci est marqué par :

- Le refus des militaires de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP) de poursuivre le désarmement en créant des incidents et en agressant le personnel chargé de cette mission ;

- Le comportement ambigu du général DIENDERE Gilbert. Aussi, les FAN (Forces armées nationales), dans un communiqué, voudraient-elles appeler l’attention des vaillantes populations du Burkina et, particulièrement, celles de la ville de Ouagadougou et environnants, de rester vigilantes, de signaler aux Forces de défense et de sécurité, tout comportement suspect qu’elles viendraient à constater et de se tenir prêtes à appliquer les mesures de sécurité qui pourraient être données incessamment.

Les FAN réaffirment leur ferme volonté de faire respecter les dispositions prises par les autorités politiques et prennent à témoin l’opinion nationale et internationale sur la situation d’impasse.

Signé de l'Etat-Major Général Des Armées.

 

De son côté, le gouvernement ne reste pas les bras croisés.

Voici le communiqué du premier ministre, Isaac Zida, diffusé dans l'après-midi, suite à cette situation de chaos que recherche l'ex-RSP et son chef, Gilbert Diendéré :

« Peuple du Burkina Faso Notre cher pays traverse une situation particulièrement grave. Depuis le coup d’état du 16 septembre 2015 que vous avez massivement rejeté, les institutions de la transition que vous avez librement mises en place sont de retour. Elles se sont investies immédiatement à normaliser la situation et à consolider la paix et la stabilité dans notre pays, après la signature d’un accord entre les Forces armées nationales et les éléments putschistes de l’ancien RSP.

Après toutes les garanties de sécurité données à ces derniers et à leurs familles, plusieurs éléments de l’ancien RSP se sont rendus et ont rejoint le camp de la raison. Cependant, malgré les gages de bonne foi, le processus de désarmement commencé samedi, 26 septembre, et qui se poursuivait, normalement, a été, brutalement, remis en cause hier, 27 septembre, par le général Diendéré, qui a fait savoir à ses éléments que le RSP ne saurait être dissous par la transition et qu’il valait mieux résister.

Cette résistance s’organise, actuellement, autour d’une poignée d’éléments putschistes, instrumentalisés par le général Diendéré, appuyé, désormais, par le général, Djibril Bassolé.

Ainsi, cette poignée d’irréductibles a pris en otage, non seulement, les membres de l’ancien RSP désireux de rejoindre le camp de la raison, mais aussi, le personnel des Forces armées nationales chargé de l’enlèvement des armes.

Mais, plus grave encore, le Gouvernement a connaissance de la mobilisation de forces étrangères et de groupes djihadistes qu’ils ont appelé à leur secours dans la réalisation de leur funeste dessein.

Face à de tels actes, qui démontrent, encore une fois de plus, qu’une poignée d’individus est prête à sacrifier l’avenir de notre pays sur l’autel de ses intérêts égoïstes, le Gouvernement de la transition en appelle à la mobilisation et à la vigilance.

Peuple du Burkina Faso, Maintenons et renforçons la mobilisation générale et le patriotisme dont nous avons toujours su faire preuve dans les moments critiques de notre histoire.

Ensemble, défendons les acquis de notre insurrection populaire, préservons les biens publics et privés, évitons les actes de représailles et la vengeance privée, rassurons les membres de l’ancien RSP et leurs familles.

Ne cédons ni à la panique, ni à la haine, ni au désespoir. Nous avons, déjà, démontré par le passé que nous sommes un peuple vaillant capable de surmonter les pires épreuves.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso.

Ouagadougou, le 28 septembre 2015

Le Gouvernement de la Transition ».