BURKINA FASO : Djibrill Bassolé aux arrêts depuis ce matin

BURKINA FASO : Djibrill Bassolé aux arrêts depuis ce matin

L'ancien chef de la diplomatie du Faso, Djibrill Bassole, est-il un putschiste ? A priori non (toutes choses égales par ailleurs) car pendant les sept jours pendant lesquels, Gilbert Diendéré, officiait comme chef d'Etat, à aucun moment, le nom de Djibrill Bassolé n'avait été cité. Sinon, on l'aurait su.

Que s'est-il donc passé pour que les gendarmes viennent le cueillir, tôt ce matin, à son domicile ? Le coup d'état de Diendéré cache toujours des mystères ?

Cela dit, le procureur général de la République près la Cour d'appel de Ouagadougou, n'avait pas oublié de saisir ses comptes, au même moment que ceux des putschistes reconnus comme tels. Mais là aussi, le doute pouvait être permis car il ne s'agissait, pensait-on, que des personnalités trop proches de l'ancien pouvoir, qui avaient, naturellement, vu d'un bon œil, le coup d'état de Diendéré. En effet, la liste du procureur comptait autant de civils que de militaires.

Mais l'arrestation de ce matin sème le doute dans l'esprit des Ouagalais. Des informations circulaient, depuis dimanche, 27 septembre, dans la capitale, faisant état du soutien de Djibrill Bassole dans le refus des résidus du RSP de laisser continuer le désarmement de leur unité. Au même moment, Diendéré expliquait que le RSP était pour eux le seul moyen de maintenir une quelconque pression sur le pouvoir.

La volte face de Diendéré en avait étonné plus d'un, après avoir fait semblant d'accepter les accords signés avec les Forces armées nationales. De son côté, Djibrill Bassolé avait tenu à démentir le fait qu'il soit considéré comme cautionnant le putsch ainsi que le refus du RSP de remettre ses armes à la hiérarchie militaire. Où est la vérité ? Au pays de Sankara ou de Compaoré (c'est selon), les mystères font partie de la vie courante. On ne perd rien à attendre car, comme on dit, la vérité finit toujours par triompher.