BURKINA FASO : Fin tragique du coup d'état de Diendéré désormais réfugié à la nonciature

BURKINA FASO : Fin tragique du coup d'état de Diendéré désormais réfugié à la nonciature

Après avoir fait souffler le chaud et le froid, dans les négociations, Gilbert Diendéré avait demandé, en fin de semaine dernière, à ses éléments du RSP de stopper la livraison de leur matériel matériel, et d'entrer en résistance afin de peser dans les négociations. Ce à quoi l'armée régulière soutenue par le gouvernement lui a opposé une fin de non recevoir.

Depuis dimanche, les deux armées se regardaient en chiens de faïence avant que l'armée régulière ne décide d'encercler le camp Naaba Koom où étaient repliés les soldats du RSP. Pour sortir du statu quo, l'armée régulière, après plusieurs heures de négociation infructueuse, a défoncé les lignes ennemies pour s'emparer du camp. Diendéré qui est réfugié à la nonciature (ambassade du Vatican), sise à Ouaga 2000, fait état de plusieurs morts dont on ne connaît pas encore le nombre exact.

Ce camp abritait aussi les familles des soldats. Après la prise du camp Naaba Koom, les forces armées nationales continuent la fouille du site qui s’étend sur plusieurs hectares. Une conférence de presse prévue pour cet après-midi permettra d’en savoir plus sur le bilan de l’opération.

Certains commandants du RSP avaient refusé de suivre la ligne radicale du général, Gilbert Diendéré. Le colonel Boureima Kéré, par exemple, avait essayé, selon certaines sources, à trouver une solution de rapprochement entre les deux parties. Il n'est pas seul. Le commandant Azize Korogo, le capitaine Abdoulaye Dao et bien d'autres gradés du RSP avaient, dès le départ, refusé le jusqu'au boutisme de Diendéré. Lors de l'assaut du camp, ils n'étaient même pas présents, ayant trouvé une planque ailleurs. Il en est de même de 300 éléments du RSP qui avaient rejoint un autre camp militaire de Ouaga, bien avant l'assaut.

Voici le communiqué du gouvernement qui confirme la fin (définitive) du coup d'état de Gilbert Diendéré.

« Peuple du Burkina Faso, Malgré les gages de bonne foi donnés par le Gouvernement de la Transition et les Forces de Défense et de Sécurité, les éléments putschistes de l’ex-RSP sont restés inflexibles dans leur volonté de défier le Peuple burkinabè, en refusant de désarmer depuis le dimanche 27 septembre 2015 conformément aux engagements pris devant Sa Majesté le Mogho Naaba et la communauté internationale.

Usant de manœuvres dilatoires dans l’attente de renforts extérieurs et dans l’optique d’une ré-mobilisation éventuelle de soutiens internes, ces éléments putschistes entourés d’une poignée d’irréductibles ont ainsi pris en otage la vie quotidienne de millions de Burkinabè. Face à cette situation qui était devenue intolérable pour notre Peuple, déterminé à tourner cette page sombre de notre histoire commune, nos patriotiques Forces de Défense et de Sécurité ont pris leurs responsabilités avec succès.

Ainsi, tour à tour, les places ou camps occupés par l’ex-RSP, notamment, le camp Naaba Koom, ont été libérés par nos vaillantes Forces de Défense et de Sécurité. Le bilan des opérations sera ultérieurement établi.

Le Gouvernement de la Transition félicite le peuple burkinabè pour sa mobilisation sans faille depuis le début de cette crise et les Forces de Défense et de Sécurité pour leur professionnalisme et comportement républicain. Il réitère son appel à la tolérance et au bon accueil de nos frères de l’ex-RSP. Il lance un appel au renforcement de la réconciliation et de l’unité nationale, et exhorte tout un chacun à œuvrer dans ce sens.

Le Service de l'information du Gouvernement ».