BURKINA FASO : La veuve de Thomas Sankara déjà en campagne pour conjuguer le régime de Compaoré au passé

BURKINA FASO : La veuve de Thomas Sankara déjà en campagne pour conjuguer le régime de Compaoré au passé

La veuve de l’ancien président du Faso Thomas Sankara (1983-1987), Mariam Sankara, appelle les Burkinabè, ce jeudi, 15 octobre, à "une insurrection électorale", à l’occasion du 28e anniversaire de l’assassinat de son mari.

Ce 28e anniversaire de la commémoration de l'assassinat de Thomas est fêté par sa veuve et la famille avec un cœur léger : "Il intervient quelques mois après le début des enquêtes sur son assassinat et une année après que le peuple burkinabè a décidé de chasser du pouvoir le dictateur Compaoré", a-t-elle expliqué.

Pour la première fois, l'ancienne première dame s'est lâchée après la tentative de putsch du mois dernier : « Les partisans de Blaise Compaoré, en la personne de Gilbert Diendéré et ses acolytes, ont voulu reprendre le pouvoir afin de mettre fin à la transition du Burkina à la démocratie (mais) le vaillant peuple burkinabè et son armée en ont décidé autrement".

Parlant de la révolution, elle a assuré que
"Le peuple burkinabè, qui tient au respect des valeurs essentielles - intégrité, honnêteté, solidarité -, s'est imprégné de ce message (de Thomas Sankara) dont la jeune génération s'arme pour ses combats actuels et futurs".

"Dans les prochains jours, l'occasion sera donnée à tous les progressistes, sankaristes en l'occurrence, de proposer une réelle alternative au peuple du Burkina Faso", a-t-elle déclaré, avant d'en appeler encore à "l'insurrection électorale pour un vrai changement !".

L'ancienne première dame entre en campagne avant l'heure. Visiblement, elle a envie d'en découdre avec l'ancien système, déjà, pratiquement, hors course car le CDP, le parti de Blaise Compaoré, sera absent de la présidentielle, son candidat ayant été recalé.