BURKINA FASO : Le gouvernement assure que le procès des putschistes sera équitable

"Conformément au pacte national pour le renouveau de la justice, toutes les personnes interpellées et inculpées, dans le cadre de l'enquête (sur la tentative de coup d'état du RSP, ndlr), bénéficieront d'un procès équitable", a rassuré le gouvernement burkinabè, dans un communiqué publié jeudi, 1er octobre, dans la soirée.

Le texte précise que les procédures judiciaires ont déjà été enclenchées et que des enquêtes, des auditions, et des perquisitions sont en cours.

Le général de brigade, Gilbert Diendéré, auteur du putsch manqué, le 17 septembre dernier, contre le gouvernement de transition et qui avait trouvé refuge dans l'ambassade du Vatican, peu après l'assaut lancé contre son fief, a été remis aux autorités afin qu'il réponde de ses actes devant la justice.

Peu avant son arrestation, c'est le médecin-lieutenant-colonel Mamadou Bamba, chargé de Communication des ex-putschistes, qui a été interpellé par la gendarmerie nationale tandis que le 29 septembre dernier, le général de gendarmerie et ancien ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré, Djibrill Bassole, accusé d'être de connivence avec les putschistes, avait subi le même sort.

Les Burkinabé ont la certitude que la parole du premier ministre, Isaac Zida, sera tenue. En effet, il avait déclaré, le 25 septembre, à l'issue du premier conseil des ministres post-coup d'état, que les auteurs de celui-ci seraient, tous, sans exception, déférés devant la justice. Ancien chef d'état major particulier du chef de l'Etat, le lieutenant-colonel, Boureima Kéré, a été, lui aussi, mis aux arrêts.