BURKINA FASO : Un mandat d'arrêt international a été lancé contre Fatou Diendéré

L'exil doré, à Lomé, va devoir prendre fin. Désormais, Fatou Diendéré, risque de commencer à raser les murs ou à faire des insomnies, les autorités de Ouagadougou ayant décidé de lancer un mandat d'arrêt international contre sa modeste personne.

2e vice-présidente de l'Assemblée nationale dissoute, après la chute de Blaise Compaoré, 7e vice-présidente chargée de la promotion de la femme du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), l'épouse du putschiste, Gilbert Diendéré, est poursuivie pour complicité d’atteinte à la sûreté de l’Etat dans le cadre de l’enquête sur le coup d’état du 16 septembre 2015. Cette révélation, a été faite, ce lundi, 19 octobre, par le colonel, Sita Sangaré, directeur de la justice militaire, au quotidien burkinabè, L’Observateur Paalga. L'éphémère première dame (pendant exactement 6 jours) se trouverait à Lomé au Togo, selon une des récentes publications de L’Observateur Paalga.

Plusieurs fois députée sous la bannière de l’ancien  parti au pouvoir, Fatou est, souvent, présentée comme une « femme qui aimait porter le pantalon » (traduction : une voix autoritaire qui se faisait respecter par la terreur au sein du parti).