CONGO-BRAZZAVILLE : Peuple cherche désespérément ses leaders de l'IDC-FROCAD

CONGO-BRAZZAVILLE : Peuple cherche désespérément ses leaders de l'IDC-FROCAD

Alors que la toile s'enflamme, on cherche, toujours, à Brazzaville, où sont les leaders de l'IDC-FROCAD ? Que font-ils ? Quels sont les mots d'ordre, maintenant que la campagne référendaire a commencé, ce vendredi, 9 octobre 2015 ?

Curieusement, les leaders de l'IDC-FROCAD répondent aux abonnés absents. Ni vus ni connus. Où se cachent-ils ? Où se terrent-ils ?

Seul Guy-Brice Parfait Kolelas a réuni, à la permanence de son parti, à Makélékélé, ce vendredi, 9 octobre, les sympathisants de son mouvement. Non pas pour leur donner le mot d'ordre de désobéissance attendu, mais pour leur demander d'attendre ...les consignes, qui viendraient après la « médiation internationale ». Mais de quelle « médiation internationale » s'agit-il ? Mystère !

Comme quoi, la corruption de Sassou commence (peut-être) à produire ses effets au sein de l'IDC-FROCAD où les leaders ne parlent plus le même langage.

Au Congo, tout le monde connaît les méthodes de Sassou. Il achète tout avec l'argent du pétrole dont il est l'unique gestionnaire.

Au stade actuel des choses, bien que les noms de certains « traîtres » commencent à circuler, on n'en dira pas plus, afin de préserver l'unité du mouvement. Du moins, ce qui en reste. Mais que ceux qui sont en liaison avec Mpila (le jour, la nuit, directement ou par personnes interposées) sachent qu'ils sont tenus à l'oeil. On ne les ratera pas le moment venu.

Au Burkina Faso, Blaise Compaoré, intime de Sassou Nguesso, avait essayé, exactement, la même chose, en tentant de réduire la marge de manœuvres de l'opposition, à partir de certains leaders politiques qu'il contrôlait.

La société civile (avec Balai Citoyen et les syndicats) est entrée en force, reléguant loin derrière, les leaders politiques, et en prenant en main, l'initiative du combat, jusqu'à la chute de Compaoré.

A titre d'exemple, ce n'étaient pas les partis politiques qui avaient invité le peuple à venir en masse envahir l'Assemblée nationale où devait se tenir cette fameuse session en vue de la modification de l'article 37. Mais la société civile.

Face à l'inertie incompréhensible des leaders de l'IDC-FROCAD, une « Plate-forme de la société civile pour le respect de la constitution du 20 janvier 2002 » a vu le jour.

Oui, elle vient de naître et fait déjà parler d'elle.

Conduite par Lombogo-Ngoka, Ibacka Nzabana, Joe Ebina, Paulin Makaya et quelques autres, elle a, immédiatement, appelé à la désobéissance civile, jeudi, 8 octobre.

Son mot d'ordre porte déjà les fruits dans la mesure où il y avait foule, aujourd'hui, dans les rues de Talangaï (voir notre photo).

Selon certaines sources, Sassou a commencé à faire venir, à Brazzaville, ses mercenaires qui sont basés à Tsambito.

Mais gare au soldat qui tirera sur la foule.

Gare au sang versé.

La CPI (Cour pénale internationale) s'occupera, le moment venu, non seulement, du tireur, mais aussi de son donneur d'ordre : Denis Sassou Nguesso.