CONGO-KINSHASA : Le très controversé président de la Ceni Apollinaire Malu-Malu jette l'éponge

CONGO-KINSHASA : Le très controversé président de la Ceni Apollinaire Malu-Malu jette l'éponge

Ouf !!!

L'abbé, Apollinaire Malu-Malu, a présenté "sa démission de ses fonctions de président de la Céni " (Commission électorale nationale indépendante) au président de la République, Joseph Kabila, "pour raisons de santé" et celui-ci en a "pris acte", selon un communiqué officiel lu à la télévision publique. La Céni est composée de membres représentatifs de diverses composantes de la population congolaise.

Selon le communiqué officiel lu à la télévision, Joseph Kabila demande à la société civile, dont était "issu" l'ecclésiastique quinquagénaire, de se réunir "pour désigner son remplaçant".

Cette démission est "un nouveau coup de tonnerre dans le paysage" politique congolais, a rapidement réagi sur son compte Twitter Olivier Kamitatu, un des dirigeants du G7, groupe de sept partis récemment passés à l'opposition, en septembre, en accusant Joseph Kabila de chercher à se maintenir au pouvoir coûte que coûte.

La RDC traverse une crise politique depuis la réélection contestée de Joseph Kabila, en 2011, lors d'élections entachées de fraudes massives. Aucun des scrutins qui devaient être organisés depuis lors ne s'est tenu.

Joseph Kabila dirige la RDC depuis 2001 et la Constitution lui interdit de se représenter, en 2016, mais, l'opposition le soupçonne de manœuvrer pour se maintenir au pouvoir au-delà de la fin de son mandat, qui s'achève en décembre 2016, quitte à retarder les élections.

Soigné à l'étranger pour une maladie non rendue publique, l'abbé Malu-Malu était absent de la scène publique depuis des mois. Il avait fait une brève apparition, en avril, pour une conférence de presse où il était apparu fort affaibli, coiffé d'une casquette pour dissimuler la cicatrice d'une opération chirurgicale.

De l'avis général, il était très critiqué y compris par son corps d'origine, l'épiscopat rdcongolais. Son départ va faire du bien à l'opposition en espérant que celui qui le remplacera ne sera pas pire que lui.

Avec AFP