AFRIQUE : Pour une transition énergétique authentiquement africaine

L'Afrique est à un carrefour énergétique. D'une part, la génération la plus talentueuse, la mieux éduquée, la plus entrepreneuriale et la plus compétitive que le continent ait jamais connue, est en train de monter et de prendre des positions de leadership qui propulseront les entreprises africaines à devenir plus compétitives.

Après de nombreuses décennies mouvementées, la plupart des nations du continent ont trouvé la stabilité politique et économique nécessaire pour élaborer des stratégies pour un avenir meilleur en utilisant leurs ressources naturelles et leurs richesses. Nulle part ailleurs sur la planète Terre, les économies et les populations ne devraient croître plus rapidement que sur notre continent-mère.

Après une si longue période à régler les problèmes du passé, les Africains peuvent envisager l'avenir avec la promesse d'une vie meilleure. Après tout, en ce qui concerne les ressources naturelles telles que le pétrole, le gaz, le charbon, les diamants, les terres rares, les bois ou le potentiel agricole et le développement technologique sans héritage, il n'y a pas de place comme l'Afrique. Au cours de la dernière décennie, la plupart des plus grandes découvertes de pétrole et de gaz du monde ont eu lieu sur le continent africain, et les entreprises locales se développent et garantissent que ces ressources servent les Africains et les économies africaines plus qu'elles ne l'ont jamais fait auparavant, des ressources qui alimenteront nos industries et nos maisons, et créeront de la richesse.

Notre temps est arrivé

J'ai eu la chance de voir cela de mes propres yeux. De la Guinée équatoriale à l'Afrique du Sud, de l'Angola au Mozambique et du Kenya au Sénégal, l'industrie énergétique, celle que je connais le mieux et celle qui me tient le plus à cœur, révolutionne la vie. Les dirigeants politiques sont prêts à tirer les leçons des erreurs du passé pour améliorer la gestion des ressources, les négociations de contrats et les politiques de protection de l'environnement.

Ils ont surtout développé des politiques de contenu local qui potentialisent la participation des Africains à ces industries. Les programmes de formation sur le pétrole et le gaz et les diplômes universitaires qui s'adressent à l'industrie comme l'ingénierie sont maintenant plus courants que jamais. Ces programmes éduquent et permettent à de nombreux Africains de trouver du travail dans l’industrie et, au final, de créer leur propre entreprise au sein de la chaîne d’approvisionnement de l’industrie. Bien que la volonté de renforcer l'intégration du secteur de l'énergie et d'autres industries extractives avec le reste du système économique soit loin d'être terminée, elle a certainement été fondamentale pour développer le secteur local en amont du Nigeria ou pour construire une industrie du gaz véritablement locale en Guinée équatoriale. Au Nigeria, par exemple, cette masse critique de talents locaux a joué un rôle déterminant dans la création de géants énergétiques régionaux comme Seplat Petroleum, Sahara Energy, Atlas Petroleum International Limited et Shoreline Natural Resources dont l'influence se fait de plus en plus sentir au-delà des frontières nigérianes.

Les clauses de contenu local dans les contrats sont la façon dont les dirigeants africains garantissent que l'exploitation des ressources naturelles locales ont un effet d'entraînement sur l'économie locale, à travers la création d'emplois et l'augmentation de la participation locale dans la chaîne de valeur que l'industrie apporte. En outre, les stratégies de localisation les plus récentes pour le secteur du pétrole et du gaz ont réussi à développer des industries associées véritablement locales, en particulier, au sein de la chaîne d'approvisionnement en gaz naturel. Comme la Chambre africaine de l'énergie l'a préconisé depuis sa création, nous voyons enfin des usines pétrochimiques, des usines d'engrais et des centrales électriques au gaz surgir à travers le continent. Une économie africaine du gaz naturel se développe là où le torchage du gaz était auparavant inégalé.

Le commerce intra-africain de gaz naturel et de gaz naturel liquéfié (GNL) devrait également augmenter de manière significative, en raison de l'urbanisation et du développement rapide à travers le continent qui devrait augmenter la consommation d'énergie sur le continent de plus de 50% avant 2040. Cela accélérera la création de richesses et le renforcement des capacités au-delà des frontières.

Suite au krach pétrolier de 2014, de nombreux pays africains ont cherché à se repositionner pour attirer les investissements dans leurs secteurs énergétiques en introduisant diverses incitations. Ces incitations allaient de l'octroi d'allégements fiscaux aux investisseurs potentiels à la réduction de la bureaucratie affectant le secteur. D’un autre côté, le récent discours mondial sur le changement climatique, qui a également intentionnellement cherché à diaboliser et simplement à entraver les investissements dans le secteur du pétrole et du gaz en Afrique, pose un nouveau défi à la croissance du secteur en Afrique.

De façon inquiétante, ces deux questions détournent l'attention de la nécessité de veiller à ce que l'industrie énergétique africaine profite aux Africains dans leur ensemble et réalise son potentiel transformateur pour sortir le continent de la pauvreté.

La transition énergétique africaine ne se fera pas en Occident

La question du changement climatique a fini par dominer le débat mondial sur le secteur de l'énergie. Une transition énergétique est nécessaire pour lutter contre les effets des émissions de CO2 à l'échelle planétaire. Bien que l'Afrique n'ait contribué qu'à une infime partie de ces émissions, elle risque de souffrir le plus des effets de ce changement et doit également se préparer à un changement progressif de sa structure énergétique. A bien des égards, la canalisation du gaz naturel pour la production d’électricité et la mise à niveau des infrastructures et des équipements pétroliers et gaziers afin d’améliorer l’efficacité et de réduire l’empreinte carbone de l’industrie contribuent déjà largement à cet objectif. De nouveaux projets d’énergie renouvelable du Kenya à l’Afrique du Sud aideront également à équilibrer la matrice énergétique du continent en augmentant ses taux d’électrification pour atteindre tous les Africains dans tous les coins du continent.

De nombreuses institutions internationales et étrangères ont déjà commencé à partager leur expertise et leur soutien avec les gouvernements africains et de nombreux investisseurs étrangers ont commencé à développer leurs propres projets sur le continent. Les parcs éoliens, les parcs solaires, les forages géothermiques, les centrales hydroélectriques, etc., profitent des ressources disponibles de chaque région. Ici aussi, ces ressources renouvelables doivent être utilisées au profit des Africains, et elles doivent être développées avec la participation des Africains et d'une manière durable sur le plan économique et à une échelle capable de soutenir la croissance d'une industrie qui assure la création d’emploi rémunérateurs.

Il est fondamental que ces nouvelles technologies et sources d'énergie conviennent aux collectivités qu'elles sont censées desservir. Les préoccupations climatiques ne peuvent pas détourner les discussions sur le contenu local et les stratégies de localisation. Elles doivent aller de pair, faire front commun, sinon nous pourrions à nouveau nous retrouver dépendants de connaissances étrangères pour subvenir à nos besoins énergétiques. Il est peu probable qu'une telle dépendance conduise à une échelle de développement de masse susceptible de sortir de larges pans de la population de la pauvreté.

Les programmes d'éducation et les clauses d'emploi sont une étape fondamentale de la transition énergétique et non un aspect secondaire. Les cadres de contenu local axés sur le marché doivent être conçus pour le renforcement des capacités, la création d'emplois et, dans l'ensemble, l'application d'un effet multiplicateur à valeur ajoutée dans nos économies.

Ce débat est désormais plus important que jamais car l'Afrique s'ouvre à de nouvelles industries et à une plus grande intégration commerciale. Alors que de plus en plus de nations africaines acquièrent l'expertise pour explorer leurs ressources naturelles pour l'amélioration de leurs économies et de leurs populations, nous devons voir une intégration et une coopération plus poussées entre elles, afin que le continent puisse tirer parti des synergies que différentes régions et industries peuvent offre (sur notre photo le barrage de la Renaissance sur le Nil en Ethiopie).

Déjà, nous voyons des exemples de pays pauvres en gaz comme l'Afrique du Sud investir dans des projets de gaz naturel et de GNL dans un Mozambique riche en gaz dans le but de réduire leur déficit énergétique croissant. A mesure que la demande augmente, l'exploration s'accélérera, tout comme l'utilisation des vastes ressources gazières, y compris celles qui continuent d'être gaspillées par le torchage. La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC) est une plate-forme idéale pour promouvoir le développement d'un commerce intra-africain de gaz naturel qui favorisera une croissance économique généralisée et l'accès à l'électricité. Encore une fois, il est fondamental que ces développements soient liés à des politiques de contenu local bien mises en œuvre et bien conçues, afin que les Africains puissent vraiment bénéficier de l'exploitation des ressources de leur continent et, ce faisant, veillent à ce que la transition énergétique de l'Afrique soit conduite et rendue durable par ceux qui feront la transition avec elle.

Verner Ayukegba
est Vice-président de la Chambre africaine de l'énergie

Les plus populaires