Aller au contenu principal

CENTRAFRIQUE : Une agriculture sinistrée

Image
Partager
Categorie
ven 16/04/2021 - 18:24
Body

Les violences perpétrées par les milices ont ruiné le pays en profondeur. Le coton,  le café, la banane, le manioc, le maïs et la canne à sucre, constituent les principales productions agricoles du pays et permettaient jusqu'en 2013 de répondre à la demande intérieure. Une grande partie de la population vit de l'agriculture (notre photo montre un taxi surchargé ; la ravitaillement n'est guère aisé).

Aujourd'hui, beaucoup d'exploitations ont été abandonnées par des agriculteurs, qui ont dû fuir les violences. Ils n'ont souvent pas les moyens d'acheter des semences. Il s'agit d'une agriculture de subsistance et d'exploitations familiales, par définition, fragiles.

La pêche et la chasse artisanales sont des activités traditionnellement exercées par des groupes ethniques, qui ne sont pas disposés à partager.

Le manque de certains produits alimentaires de première nécessité (comme la farine de manioc ) fait que leur coût a augmenté au point de les rendre inabordables pour les foyers les plus vulnérables.

Heureusement, la FAO, le PAM, l'UNICEF et certains pays amis viennent en aide à la Centrafrique. Les ONG, de leur côté, tentent de soutenir une population en situation de malnutrition chronique, parfois sévère.

Par ailleurs, la Centrafrique est dépendante des produits en provenance du Cameroun voisin. C'est la raison pour laquelle les milices ont cherché à menacer la circulation sur l'axe routier reliant le Cameroun à la capitale centrafricaine.

Convoi sécurisé en provenance de DoualaConvoi sécurisé en provenance de Douala

Huit années de violences ont mis en difficulté une agriculture déjà soumise à des aléas climatiques (pluies torrentielles, inondations) et desservie par un réseau de communication en très mauvais état, faute d'entretien, en particulier, dans les zones, qui ont donné lieu à des affrontements avec les milices.

Il faudra beaucoup de temps, de volonté, le retour à la paix pour la remettre à niveau. 

A l'heure actuelle, une grande partie de la population centrafricaine souffre de la faim ou de malnutrition. 

Patrick David 

Docteur en Droit.

 

Partager

Economie

La France est en train de transférer vers la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO)  cinq milliards d’euros de réserves de change appartenant à des Etats ouest-africains utilisant l

Les violences perpétrées par les milices ont ruiné le pays en profondeur.

En amont de la Coupe du monde de football 2022, le pays révise sa législation du travail.

Les grandes banques Barclays et Crédit Suisse ont annoncé qu'elles ne financeraient pas le projet con