Aller au contenu principal

CORONAVIRUS : Air France-KLM réalise une perte record de 7,1 milliards d'euros en 2020

Image
Partager
Categorie
jeu 18/02/2021 - 17:26
Body

Air France-KLM affiche une perte nette de 7,1 milliards d'euros pour l'année dernière, un choc "sans précédent" provoqué par le Covid-19, qui a très, durement, affecté le secteur du transport aérien et a privé le groupe franco-néerlandais des deux tiers de ses clients. Sur l'Afrique où le groupe fait l'essentiel de ses bénéfices, au moins, 20% en année normale, il continue ses dessertes à des conditions exceptionnelles. Non seulement, celles-ci sont fortement limitées, mais, il s'agit d'autorisations spéciales car les cieux sont encore fermés à cause du coronavirus.

Le chiffre d'affaires s'est effondré de 59 % par rapport à 2019, à 11,1 milliards d'euros, a précisé le groupe dans un communiqué, prévenant que le premier trimestre 2021 serait "difficile" et que la visibilité d'une reprise restait "limitée", même s'il s'attend à un regain de trafic aux deuxième et troisième trimestres grâce aux vaccins (sur notre photo, le président du groupe, l'ancien patron d'Air Canada, Benjamin Smith). Visiblement, le fret sur la livraison de vaccins, sur lequel semblait miser Air France, ne lui profite que partiellement, le secteur étant très concurrentiel : toutes les compagnies aériennes misent sur la même niche.

La rentabilité des compagnies aériennes dépend de leur capacité à faire voler le plus possible leurs coûteux appareils remplis au maximum, une équation devenue insoluble dès le début de la crise et qui a conduit les gouvernements français et néerlandais à accorder des prêts directs ou garantis à Air France-KLM, pour plus de 10 milliards d'euros au total.

La perte nette est conforme aux attentes des analystes financiers. Elle inclut une provision pour restructuration de 822 millions d'euros, en grande partie une conséquence des plans de départs volontaires engagés par le groupe, a détaillé Frédéric Gagey, directeur financier du groupe, lors d'une téléconférence de presse.

Encore à 83 000 fin 2019, les effectifs ont fondu de plus de 10 % en un an : 5 000 de moins chez KLM et 3 600 chez Air France. "Des plans en cours permettront encore d'accompagner environ 900 départs chez KLM et environ 4 900 chez Air France", des efforts "indispensables" pour surmonter la crise, selon Frédéric Gagey.

La perte a été gonflée par une dépréciation de la flotte d'avions de 672 millions d'euros, due à la fin de l'exploitation des gros porteurs Airbus A380, A340 et Boeing 747. Et le groupe a aussi subi une perte "énorme" de 595 millions d'euros due à des achats anticipés de kérosène, une opération courante pour les compagnies souhaitant mieux planifier leurs coûts, mais, un pari qui s'est avéré perdant alors que les cours du pétrole se sont écroulés. A un moment donné, le prix du baril était devenu négatif. Les compagnies pétrolières  rémunéraient même ceux qui venaient désencombrer leurs entrepots car elles accumulaient des stocks dont elles ne savaient quoi faire.

Sur l'année entière, Air France-KLM a perdu 67,3 % des passagers de 2019, une tendance aggravée lors du seul quatrième trimestre (-75,9 %). Et le groupe a mis en garde contre "un premier trimestre 2021 difficile" dû aux "restrictions de voyage renforcées". Sa capacité de transport de passagers n'y atteindra que 40 % de celle de la même période de 2019.

En outre, "la visibilité sur la reprise de la demande est toujours limitée", a ajouté l'entreprise, qui s'attend, néanmoins, à "une reprise du trafic au cours des deuxième et troisième trimestres 2021 grâce au déploiement du vaccin". Sauf autre cas de force majeure.

 

Partager

Economie

La France est en train de transférer vers la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO)  cinq milliards d’euros de réserves de change appartenant à des Etats ouest-africains utilisant l

Les violences perpétrées par les milices ont ruiné le pays en profondeur.

En amont de la Coupe du monde de football 2022, le pays révise sa législation du travail.

Les grandes banques Barclays et Crédit Suisse ont annoncé qu'elles ne financeraient pas le projet con