CONGO-BRAZZAVILLE : Le FMI continue de tourner en rond auprès de la dette publique de ce pays

En lisant le numéro 457 d'octobre d'Afrique Education, en vente chez les marchands de journaux, à partir de vendredi, 6 octobre, les Congolais auront des informations négligées par la mission du Fonds monétaire international (FMI) sur l'évaluation de la dette congolaise. Celle-ci pourrait se situer à près du double du chiffre que le FMI vient d'indiquer et qui écarte la dette litigieuse dont on connaît les contours. Ce numéro 457 d'octobre d'Afrique Education dit pourquoi.

La dette publique de la République du Congo s'élevait à quelque 9,14 milliards de dollars américains fin juillet, représentant 110% du PIB, annonce, sans grande surprise, le Fonds monétaire international (FMI) à l'issue d'une mission menée dans le pays. Il s'agit uniquement de la dette référencée selon les procédures classiques et de manière transparence. La dette opaque reste encore opaque quant à son évaluation.

"Sur la base des informations fournies par les autorités, les autorités et la mission ont évalué le niveau de la dette publique contractée et/ou garantie par l'Etat à fin juillet à 5.329 milliards de francs CFA (environ 9,14 milliards de dollars américains)", a déclaré Abdoul Aziz Wane, qui a conduit la mission du 25 septembre au 4 octobre.

Le FMI précise que ce chiffre n'inclut ni les dettes litigieuses, ni les arriérés intérieurs accumulés depuis 2014. M. Wane relève en outre "l'engagement des autorités à prendre des mesures pour rétablir la viabilité de la dette à moyen terme".

Cette mission a été conduite alors que le Congo menait des négociations difficiles avec le FMI à qui il a caché une partie de sa dette publique lors de discussions bilatérales au printemps.
L'affaire avait été confirmée par le fonds début août. Le FMI avait alors mentionné une dette publique représentant 117% du PIB contre le ratio de 77% avancé en mars par Brazzaville.

Mais tôt ou tard, on se rendra à l'évidence de ce qu'elle se rapproche de 200% du PIB, ce qui confirmera le caractère délinquant de l'Etat du Congo-Brazzaville, dont personne ne fait plus mystère au FMI.

Les plus populaires