GABON : Après la primature, une autre femme prend le stratégique ministère de l'Economie et des Finances

Jean-Marie Ogandaga, ministre de l'Economie et des Finances du Gabon, a été contraint à la démission. Et pour cause : au lieu d'accroître les recettes fiscales dues à l'Etat par les sociétés pétrolières, il a choisi de les exonérer, ce qui par ce temps de coronavirus, passe mal. Surtout, quand il y a des soupçons de corruption. Il s'agissait des majors comme Total ou Perenco, qui ont provoqué, avec la complicité de l'ancien ministre, plus de 8 milliards de F CFA de manque à gagner dans les caisses de l'Etat. Tollé général dans le pays où le président, Ali Bongo Ondimba, a été interpellé.

Contraint à la démission, Jean-Marie Ogandaga devra, maintenant, batailler avec la justice pour laver son honneur. Mais, entre-temps, il a été éconduit du gouvernement. La première ministre, Rose Ossouka Raponda, ne s'est pas fait prier. L'occasion était trop belle pour y placer une autre femme à la tête de ce stratégique ministère. Les Gabonais gardent à l'esprit que la femme gabonaise trahit nettement moins que l'homme gabonais. Le choix de Nicole Mbou n'a donc fait l'objet d'aucune contestation.

 

A 54 ans, elle devient la toute première femme à occuper les fonctions de ministre de l’Economie et des Finances sous Ali Bongo Ondimba. Rose Christiane Ossouka Raponda, actuellement, première ministre, était, quant à elle, la première femme à occuper les fonctions de ministre du Budget et des Comptes publics. Vive la promotion de la femme gabonaise !

 

Formée au Gabon, où elle a obtenu un master option Finances, Nicole Mbou a poursuivi ses études supérieures en France où elle a décroché un diplôme d’études supérieures de l’Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne et un diplôme du Centre d’études financières, économiques et bancaires, par où était passé l'ancien premier ministre et ancien gouverneur de la BEAC, Casimir Oyé Mba.

 

De retour au Gabon, elle a démarré sa carrière à la Banque gabonaise de développement avant d’intégrer le ministère de l’Economie. Elle a travaillé au service de la dette avant d’être promue ministre déléguée il y a 5 mois. Nicole Mbou devra vite s'attaquer aux problèmes des collecteurs d’impôts et des abattements fiscaux exagérés accordés aux entreprises pétrolières. Toute chose qui a entraîné la chute de son prédécesseur.

Les plus populaires