MEDECINE : Le roi Mohammed VI premier chef d'Etat africain à se soigner chez lui

Le roi du Maroc, Mohammed VI, est-il une exception qui confirme la règle ? Depuis la nuit des temps, les chefs d'Etat africains ont, toujours, eu recours aux médecins étrangers pour se soigner. Les médecins locaux ne méritent-ils pas leur corps ? Malgré les sommes colossales mises dans la formation des personnels africains parfois très compétents, les chefs d'Etat africains rechignent à leur confier leur corps, quand bien même les hôpitaux sont dotés d'un équipement convenable. En son temps qui n'est pas si lointain, le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, par exemple, préféraient faire confiance aux médecins français et suisses pour suivre son état de santé malmené par la survenance d'un accident vasculaire cérébral. Pourtant, l'Algérie compte de bons médecins et de bons hôpitaux. Quand il est malade, le président, Muhammadu Buhari, pour sa part, n'hésite pas à se rendre à Londres pour se faire soigner par les médecins britanniques alors que le Nigeria dispose de médecins bien compétents et d'hôpitaux à la hauteur. De son vivant, le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, avait signé un abonnement avec les hôpitaux de Hong-Kong qui se chargeaient de ses check-up et de toutes sortes de maladies dues à son âge très avancé. Le Maroc a acquis le statut de pays d'expatriation sanitaire, comme l'Afrique du Sud, les pays européens et américains. Le fait que le roi du Maroc se soigne, chez lui, au Maroc, est un grand signe d'honneur pour la médecine marocaine. A l'heure du coronavirus qui a montré que chaque pays devrait faire confiance à son propre système de santé, le roi Mohammed VI donne une bonne leçon à ses pairs du continent.

Il a "subi avec succès" une intervention à la clinique du palais de Rabat, selon son équipe médicale, dans la nuit de dimanche à lundi.

C'est une nouvelle opération au cœur pour le roi du Maroc, Mohammed VI. Après une première intervention en février 2018, à Paris, le monarque de 56 ans a subi une "ablation complémentaire par radiofréquence" à la clinique du palais de Rabat, a annoncé son équipe médicale dans un communiqué relayé par l'agence marocaine de presse (MAP) dans la nuit du dimanche 14 juin.

L'intervention s'est soldée par un "succès complet" avec "restauration du rythme cardiaque normal", a précisé son équipe médicale. Elle a eu lieu après une "récidive du trouble du rythme cardiaque type flutter auriculaire".

Mohammed VI (sur notre photo avec le prince Moulay) règne sur le Maroc depuis juillet 1999, date à laquelle il a succédé à son père, Hassan II.

Les plus populaires