SOMMET DU G20 PAR VISIOCONFERENCE : Covid et endettement, préoccupations majeures

Assurer une distribution abordable et équitable du futur vaccin anti-COVID dans le monde entier figure au nombre des principaux engagements du sommet du G20, dont le communiqué final évoque aussi la dette des pays les plus pauvres et la lutte contre le réchauffement de la planète.

Pandémie oblige, les dirigeants des 20 plus grandes économies de la planète ont participé de façon virtuelle à ce sommet de deux jours organisé sous la houlette de l’Arabie saoudite, à qui l’Italie succédera l’an prochain.

“La pandémie du COVID-19 et son impact sans précédent en termes de vies perdues, de moyens de subsistance et d’économies affectées, est un choc sans précédent qui a révélé des vulnérabilités dans notre préparation et nos réponses, et souligné nos défis communs”, peut-on lire dans le communiqué final, approuvé à l’unanimité, selon la présidence saoudienne.

Concernant les vaccins, les tests et les traitements en cours d’élaboration, les dirigeants ont déclaré : “Nous n’épargnerons aucun effort pour assurer leur accès abordable et équitable à tous”.

L’économie mondiale a connu une forte contraction cette année, les mesures visant à freiner la propagation du virus ayant affecté les transports et les échanges commerciaux sur toute la planète.

Réchauffement climatique

Les dirigeants du G20 constatent que l’activité économique mondiale a partiellement repris grâce à la réouverture progressive de certaines économies, mais que cette reprise est inégale et très incertaine.

Le G20 se penche en outre sur le problème particulier de l’endettement et lance un appel aux créanciers privés, invités à adhérer au moratoire qui a permis à 46 pays de bénéficier de reports de paiements, à l’échéance 2022-2024, à hauteur de 5,7 milliards de dollars.

L’allégement de la dette de l’Afrique sera l’un des principaux thèmes de la présidence italienne en 2021.

Le communiqué du G20 souligne l’importance des institutions multilatérales, invitant notamment le Fonds monétaire international (FMI) à continuer d’explorer la mise au point d’outils pour répondre aux besoins de ses membres à mesure que la crise évolue.

Le G20 insiste aussi sur l’urgence de lutter contre le changement climatique, un thème que l’administration américaine de Donald Trump a toujours refusé d’aborder dans le communiqué final.

La perspective de l’arrivée à la Maison blanche de Joe Biden, partisan du multilatéralisme et sensible aux questions environnementales, a changé la donne.

La chancelière allemande, Angela Merkel, a d’ailleurs dit son intérêt de voir le prochain président des Etats-Unis, qui entre en fonctions en janvier, oeuvrer sur ce thème (Notre photo montre la chancelière en train de respirer de l'air pur en Afrique).

“Il y a une volonté d’apprendre de la pandémie et de rendre l’économie plus durable”, a-t-elle déclaré aux journalistes après le sommet.

Le roi Salman d’Arabie saoudite a proposé dimanche la tenue de deux sommets du G20 par an à l’avenir : un, virtuellement, en milieu d’année et un deuxième, en présence des dirigeants, à la fin de l’année.

Avec Reuters.

 

Les plus populaires